Fermeture des écoles : le casse-tête des parents

À partir de mardi 6 avril, le calendrier scolaire est bouleversé. Les élèves des écoles primaires, des collèges et des lycées travailleront à distance. L’annonce a été faite par Emmanuel Macron, mercredi 31 mars, et notamment suivie par Leslie Valin-Denig et ses deux enfants : "Quand le président dit, ‘je sais le sacrifice que je vous demande, l’organisation avec les enfants’, non, je crois qu’il ne se rend pas compte", indique-t-elle. "Ça va être compliqué, trois petits à la maison, les devoirs, et le télétravail à la maison… Mais bon, comme au premier confinement on va se débrouiller", ajoute une mère de famille rencontrée devant un établissement scolaire. Après cette semaine de distanciel, deux semaines de vacances sont imposées à toutes les zones. Enfin, du 26 au 30 avril, les élèves de primaire feront leur retour en classe. Collégiens et lycéens resteront à la maison. "Des professeurs habitués", pour Jean-Michel Blanquer Du côté du gouvernement, on assure que l’institution est prête à gérer ce troisième confinement et que l’organisation des prochaines semaines devrait être plutôt bien gérée. "Les professeurs des lycées sont déjà habitués (…), en collège, ils s’y sont aussi habitués pendant la période 2020 de confinement. Il y a maintenant des réflexes professionnels", a assuré Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale de la Jeunesse et des Sports sur RTL, le matin du 1er avril. Frédérique Rolet, secrétaire général du syndicat SNES-FSU, quant à elle, regrette qu’il n’y ait pas eu de "plan de formation généralisée, un équipement pour les familles et les personnels qui n’en auraient pas". "On va quand-même toujours être un petit peu dans l’improvisation", conclut-elle.