Publicité

« Ferme-la » : à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen s’emporte contre une ancienne ministre

Pour la première fois depuis son arrivée à Matignon, Gabriel Attal a fait face, lundi 5 février, à une motion de censure à l'Assemblée nationale. Celle-ci a été déposée par les insoumis, les socialistes, les écologistes et les communistes. Alors que Jean-Philippe Tanguy (RN) était au micro de l'hémicycle, attaquant le gouvernement, l'ancienne ministre de la Ville, Nadia Hai, l'a plusieurs fois interpellé. C'est la cheffe de file du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui a défendu son député, en invectivant l'élue LREM des Yvelines : « Ferme-la toi, ferme-la ! » joignant les gestes à la parole, a fait savoir Le Figaro.

Il s'ensuivit un échange de mots entre les députés macronistes et le Rassemblement national. La députée Constance Le Grip (Renaissance) a reproché à Marine sa « vulgarité », avant que celle-ci ne lui réponde « c’est elle qui est vulgaire », en parlant une nouvelle fois de l'ancienne ministre. Cette dernière a alors renchéri : « Quelles sont vos propositions de fond ? C’est vide, c’est creux. » Et de se voir répondre par l'ancienne présidente du RN : « Ne me parle pas de fond, pas toi ! » Un peu plus tard, sur le réseau social X, Nadia Hai a ainsi écrit : « Quand ⁦Marine Le Pen n’a pas ses fiches … il ne reste que sa vulgarité. »

Deux semaines auparavant, un accrochage similaire avait vu s'affronter l’insoumis Sébastien Delogu, et un autre député RN, qui avait une nouvelle fois adressé un « Ferme-la. »


Lire la suite sur LeJDD