"On leur fera une place": le principal porte-parole des talibans promet d'intégrer des femmes au gouvernement

·3 min de lecture

Le principal porte-parole des talibans, au pouvoir depuis le 15 août en Afghanistan, a été interrogé par BFMTV sur la répression des récentes manifestations, mais aussi sur la place des femmes dans leur nouveau gouvernement.

Trois semaines après avoir pris le pouvoir de force en Afghanistan, les talibans ont nommé mardi les principaux ministres de leur gouvernement, au sein duquel ne figure aucune femme. 

Ces nominations sont intervenues après que des coups de feu en l'air ont été tirés mardi à Kaboul pour disperser une manifestation dénonçant notamment la violente répression des talibans dans le Panchir, où un mouvement de résistance s'est dressé contre eux. Deux personnes ont été tuées et huit blessées par balle lors d'un rassemblement anti-taliban, selon un médecin local. 

Le porte-parole dit vouloir "éviter l'anarchie"

Interrogé sur la violente répression de cette manifestation par BFMTV, Zabihullah Mujahid, le principal porte-parole des talibans a affirmé qu'il souhaitait que "toutes les manifestations soient enregistrées légalement 24 heures avant par le ministère de la Justice".

"On veut que chaque manifestation soit encadrée légalement par notre ministère de la Justice, 24 heures avant pour la sécurité des manifestants", a-t-il déclaré. "Nous voulons que les forces spéciales puissent protéger les manifestants.

"La date, l'heure, tout doit être annoncé", détaille le porte-parole des talibans. "On veut éviter l'anarchie d'hier car on n'a pas été informés et on n'a pas pu empêcher les dommages. On demande aux Afghans un peu de patience, d'attendre que le gouvernement se forme pour nous adresser leurs requêtes".

Les talibans veulent rétablir des relations diplomatiques

"Ce gouvernement est temporaire. Nous aurons des postes pour les femmes", assure-t-il encore à nos journalistes présents à Kaboul, avant de nuancer: "dans le respect de la loi de la charia. C'est le début, mais on fera une place aux femmes. Elles pourront faire partie du gouvernement. Ce sera notre deuxième étape".

Les talibans affirment que leur régime sera différent de celui qui avait été en place entre 1996 et 2001, notamment en matière de politique internationale. "Ce qui a eu lieu par le passé, nous n'y prêterons pas attention", assure Zabihullah Mujahid. "On veut établir des relations diplomatiques. Nous demandons aux ambassades de rouvrir leur représentation à Kaboul", poursuit le porte-parole devant nos caméras, avant de lancer un appel "à tous les pays à reconnaître le gouvernement des talibans".

Dans une très rare intervention publique, le chef suprême des talibans Hibatullah Akhundzada a invité le nouveau gouvernement à "faire respecter la charia" dans le pays. Le gouvernement fera en sorte d'installer "une paix, une prospérité et un développement durables" dans le pays, a-t-il ajouté en demandant à ses compatriotes de ne pas le quitter. Le régime taliban "n'a de problème avec personne", a-t-il souligné, alors que plus de 120.000 Afghans se sont exilés ces dernières semaines par crainte des talibans.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles