Fer, cuivre, aluminium : ces matières premières qui ont résisté à la crise

·1 min de lecture
La transition énergétique accélérée par la crise soutient les cours des métaux.
La transition énergétique accélérée par la crise soutient les cours des métaux.

« Et à la fin, c'est toujours la Chine qui gagne. » Transposé de la planète foot où il désignait initialement l'Allemagne, ce commentaire sportif sert de titre à l'un des paragraphes du rapport Cyclope 2021* sur les marchés mondiaux. Mais il résume bien des chapitres de cette étude de 646 pages. Une soixantaine de spécialistes y analysent, sous la direction des économistes Philippe Chalmin et Yves Jégourel, les dynamiques des marchés des matières premières en 2020.

Il en ressort qu'à l'heure du grand chamboulement (« fin de la domination occidentale sur le monde », récession généralisée) provoqué par la crise sanitaire et économique, de nombreuses matières premières ont vu leurs cours flamber. L'or, sans surprise, mais aussi le soja, le maïs, le cuivre, le fer, l'étain? Et cette hausse est largement imputable ? en particulier pour les minerais et métaux ? à la Chine. Car l'appétit de ses raffineries n'a été que passagèrement coupé par la pandémie de Covid-19. L'empire du Milieu a rebondi dès le mois de juin 2020. « Grâce à un ambitieux plan de relance fondé sur les dépenses d'infrastructures, Pékin a accru ses importations de minerais », souligne le rapport. Des importations, notamment, d'Afrique, où la Chine s'approvisionne en ressources minérales.

À LIRE AUSSIMatières premières : le ciel s'assombrit

Cuivre : « progression quasi continue » et record

Les bas et les hauts de l'économie chinoise se sont par exemple répercutés sur le cours du cuivre, dont Pékin e [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles