FEMUA d'Abidjan: «la musique, c’est une thérapie pour moi», nous confie Yémi Alade

Sur la scène de la 16e édition du FEMUA, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo, une brochette de vedettes. Parmi elles, Gims, Gadji Celi, et Yémi Alade, venue du Nigeria que RFI a rencontrée.

avec notre envoyé spécial à Abidjan, Guillaume Thibault

Star sur scène mais zen à la ville. Tranquille, Yémi Alade est à Abidjan, en Côte d'Ivoire, comme à la maison. Elle se souvient que son amour pour la musique est né avec les disques de son père.

« Quand j’étais enfant, mon père écoutait beaucoup : Abba, Fela...donc beaucoup de choses différentes. Et quand vous écoutez ma musique vous pouvez aussi entendre du highlife, de la musique bien plus ancienne que de moi…tout cela m’a beaucoup influencé et a de fait de moi, la musicienne que je suis aujourd’hui ».

Yémi Alade c’est une voix suave, presque sucrée.

« Je pense que la musique, que ce soit du dance hall, de la Jujumusic ou de l’afrobeat, quand ça te prend, tu aimes pour toujours… et tous ces vieux disques résonnent en moi, car ils sont si purs, ils m’emmènent ailleurs ! »

À lire aussiCôte d'Ivoire: coup d'envoi pour le 16e FEMUA, grand festival des musiques urbaines africaines

La musique comme un médicament. La chanteuse espère apporter sagesse et douceur à ceux qui l’écoute.

Bête de scène, à Abidjan comme partout où elle chante, Yémi Alade transmet ce bonheur si rare à trouver en ces temps tourmentés.


Lire la suite sur RFI