Nos femmes de l'année 2022

© AFP/Sipa/Sipa et Alvaro Canovas

Taraneh Alidoosti

Dans «Leila et ses frères» de Saeed Roustaee, elle incarne une femme qui refuse le patriarcat et impose sa volonté et son intelligence aux hommes qui composent sa famille. En Iran, dès les premiers mouvements de contestation suite à la mort de Masha Amini le 16 septembre 2022,  elle a affiché son soutien à toutes les femmes éprises de liberté dans son pays et a assuré rester auprès d'elles à Téhéran, quitte à en payer le prix. Arrêtée le 17 décembre 2022 et depuis emprisonnée dans la terrible prison d'Evin, elle est le symbole d'une culture iranienne qui refuse de céder sous le joug des Mollahs. Nous l'avions rencontré au Festival de Cannes où déjà elle parlait de résistance et de féminisme. Yannick Vely

À lire aussi Taraneh Alidoosti («Leila et ses frères») : «Malgré la répression, le cinéma iranien d’auteur a toujours résisté»

Elisabeth Borne

Une femme à Matignon, ce n’était plus arrivé depuis Edith Cresson, en 1991. Et Elisabeth Borne tient à la féminisation du titre quand, trente ans plus tôt, il se conjuguait au masculin. Polytechnicienne, diplômée des Ponts et Chaussées, elle cochait toutes les cases : haute fonctionnaire, préfète, présidente de la RATP, ministre d’Emmanuel Macron aux multiples casquettes. Cette pupille de la nation, boursière, élevée avec sa sœur pa...


Lire la suite sur ParisMatch