Publicité

Les femmes de Gaza ne sont pas des utérus au service de la “résistance”

STRINGER / REUTERS

Pour le Hamas, la situation militaire “n’est pas si mauvaise”, et il n’est pour l’heure pas question de faire des concessions, estime Ibrahim Al-Amine, directeur de la rédaction du quotidien libanais Al-Akhbar qui est également l’un des porte-voix officieux de l’Axe de la résistance, qui lie notamment les milices pro-iraniennes de la région, le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais et les houthistes du Yémen.

La raison, selon lui, c’est “qu’environ 50 000 femmes sont enceintes à Gaza” et que celles sur le point d’accoucher “vont donner naissance à 5 500 enfants en un mois”, a-t-il affirmé sur la chaîne de télévision libanaise Al-Jadeed, le dimanche 5 novembre. “Dans deux mois, si Dieu le veut, les Palestiniennes auront compensé la perte de tous les martyrs”, à savoir les personnes mortes sous les bombes israéliennes.

Choquée, la journaliste et romancière libanaise Najwa Barakat dénonce les “Ibrahim Al-Amine et consorts”, pour lesquels la mort d’enfants et d’innocents n’est qu’un “dégât collatéral” dans la bataille inévitable de “la résistance contre l’ennemi”, écrit-elle sur le site qatari Al-Araby Al-Jadeed.

Mépris pour la vie humaine

“D’où sort-il ces chiffres ?” se demande-t-elle. Et comment peut-il parler ainsi, “presque en souriant”, parce qu’il est convaincu de tenir un discours convaincant ? En réalité, ajoute-t-elle, cela montre seulement une insensibilité aux souffrances des Gazaouis. “On dirait qu’ils assistent en spectateurs” aux drames de la population de la bande de Gaza, voire “applaudissent la hausse du nombre de morts”.

“Ils ne diffèrent pas beaucoup de l’ennemi en ce qu’ils minimisent” l’importance des morts et n’y voient que “des nombres qu’il est possible de remplacer par d’autres nombres”. “Les Palestiniennes donneront naissance à d’autres enfants, certes, mais ce n’est pas pour qu’ils soient [à la disposition] de ceux qui leur brisent le cœur”, ajoute-t-elle, en déplorant que la vie de ces femmes ressemble à un chemin de croix sans fin.

Selon le Hamas, le bilan aurait dépassé les 10 000 morts. Parmi ces victimes, près de 40 % – quelque 3 900 personnes – seraient des enfants, selon une estimation onusienne.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :