Femmes, adultes, professionnels de santé… Qui sont les réinfectés par le Covid-19 ?

© AFP

Nous en avons tous croisé ces derniers mois : des personnes qui en sont à leur deuxième Covid-19, voire cumulent parfois trois ou quatre infections depuis le début de la pandémie, au point de se considérer comme des « aimants à coronavirus ». Pour la première fois, l’agence Santé Publique France a enquêté sur ces mystérieuses réinfections. Les résultats de ces travaux, qui portent sur les données du 2 mars 2021 au 24 avril 2022 de la base virologique SIDEP , ont été dévoilés vendredi.

Malgré quelques limites – ni la sévérité clinique, ni le statut vaccinal des personnes concernées n’ont pu être pris en compte -, l’étude livre un éclairage inédit sur le phénomène. A commencer par une évaluation de son ampleur. Sur cette période, l’agence a identifié 961 550 « cas possibles » de réinfection, c’est-à-dire des personnes ayant présenté au moins deux tests positifs au Sars-COV-2 à soixante jours d’intervalle ou plus. Parmi eux, une infime minorité (13 447, 1 % de l’ensemble) ont été infectées trois fois ou plus.

Lire aussi - Covid-19 : la France meilleure élève que l’Allemagne ? Pourquoi le rapport de l’OMS est controversé

Premier constat : l’écrasante majorité (96.7 %) de ces deuxièmes infections sont survenues lors de la cinquième vague à partir du 6 décembre 2021, soit au moment où le variant Omicron s’est diffusé en France. Lorsqu’un résultat de criblage était disponible et interprétable, une suspicion de ce variant a été retrouvée dans 93 % des deuxièmes épisodes d’infection....


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles