Les femmes à l'honneur pour la 59e Biennale internationale d'art contemporain de Venise

·2 min de lecture

C’est le Graal des artistes: représenter son pays à la Biennale d'art de Venise, dont la 59e édition ouvre ses portes dans la Sérénissime ce samedi 23 avril. Cette année, 80 pavillons nationaux pavoiseront au centre de la plus grande manifestation d'art au monde. En tout, 213 créateurs originaires de 58 pays ont également été conviés par la commissaire Cecilia Alemani. C’est une vitrine artistique monstre, unique en son genre à voir exceptionnellement cette année jusqu'au mois de novembre.

avec notre envoyée spéciale à Venise, Isabelle Chenu

Parmi les biennales qui rythment le monde de l’art, celle de Venise est à part. C'est l'équivalent sportif des Jeux olympiques. Une compétition de haut niveau de talents venus du monde entier. Une vitrine pour les plus confirmés, un tremplin pour les plus jeunes.

La commissaire Cecilia Alemani a décidé de faire bouger les lignes de la grande histoire de l'art, en donnant une place inédite aux femmes dans l’exposition colossale qui s’articule dans l’Arsenal et dans les célèbres Giardini, les jardins. Quelque 80% des artistes conviés cette année sont des femmes. Les collectifs, les minorités, les moins bien dotés sont également à l'honneur.

De nouveaux pays rentrent dans la cour des grands

De nouveaux pays font leur entrée dans cette cour des grands comme le Cameroun, la Namibie, le Népal, l'Ouganda le Kazakstan ou l'Ouzbékistan. Car la Biennale de Venise c'est aussi pour les États l'occasion de mettre en avant une scène artistique dans des pavillons confiés à des artistes nationaux.

Les pays les plus riches ou les plus anciens, car la biennale date de 1895, ont pignon sur rue dans les Giardini. Les autres trouvent des lieux d'accueil dans toute la ville. Cette année, les Pays-Bas ont quitté les jardins pour offrir leur espace à l'Estonie. Les pays nordiques se sont effacés pour laisser leur place aux Samis, peuple autochtone de l'Arctique.

Le pavillon russe est quant à lui resté fermé, les artistes ayant démissionné lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Au sein des Giardini, un espace central vide fait de bois brûlé et de monticules de sacs de sable symbolise la guerre aux portes de l'Europe.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles