"Femmes à barbe" et "crocodiles" : Jair Bolsonaro délire sur les effets du vaccin anti-Covid

·1 min de lecture

Aux quatre coins du globe, la course à la vaccination est d’ores et déjà lancée. Si par exemple le Royaume-Uni et les États-Unis ont commencé la campagne de vaccination, la France a pris du retard. Au Brésil, Jair Bolsonaro ne semble pas prêt à faire confiance au vaccin Pfizer anti-covid. Et ce, même si la Cour suprême a rendu la vaccination contre le coronavirus obligatoire. Le chef d’État estime que le produit pourrait transformer les personnes qui ont été vaccinées en "femmes à barbe" et "en crocodiles". Il a notamment pointé du doigt le fait que, dans le contrat de Pfizer, l’entreprise ne se dit "pas responsable de quelconques effets secondaires". "Si tu te transformes en crocodile, c'est ton problème", a réagi Jair Bolsorano, lors d'un discours à Porto Seguro, dans le nord-est du pays.

"Si tu deviens superman, si une femme commence à avoir de la barbe qui pousse ou si un homme commence à parler avec une voix efféminée, ils (les laboratoires) n'ont rien à voir avec ça", poursuit-il au sujet de ce vaccin élaboré par le laboratoire américain Pfizer et l'allemand BioNTech d’ores et déjà utilisé pour immuniser les Britanniques et les Américains. Il attend alors une certification par (l'agence régulatrice) Anvisa, bien qu’il ne veuille pas se faire vacciner. "Certains disent que je donne un mauvais exemple. Mais aux imbéciles, aux idiots qui disent ça, je réponds que j'ai déjà attrapé le virus, j'ai les anticorps, alors pourquoi me faire vacciner?"

Ce n’est pas la première fois (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - Danièle Evenou à l'abri financièrement : comment elle survit en plein pandémie
Emmanuel Macron "crevé" : "Il a un Covid carabiné"
VIDEO - Florian Philippot comparé à "un chien sur une affiche" : il hausse le ton
Jonathann Daval : les parents d'Alexia lui réclament 360 000 euros
Jane Fonda, 83 ans, a tiré un trait sur le sexe : "J'ai eu ma dose"