La femme qui voulait sauver Israël de la colonisation

De notre correspondante à Jérusalem, Danièle Kriegel
Talia Sasson est devenue la cible de la droite et de l'extrême droite israélienne

Pour Talia Sasson, qui dirige le New Israel Fund, la politique de son pays envers les Palestiniens est mortelle pour la démocratie. Portrait.

Il ne faut pas s'y méprendre. Malgré une fine silhouette, mise en valeur par une élégance de bon goût et un léger maquillage, Talia Sasson ne lâche rien. Elle reste de marbre, même quand les insultes et les fausses informations fusent. Elle va répétant son credo : « Oui, la colonisation porte atteinte à la démocratie israélienne. Oui, la paix entre Israël et les Palestiniens est vitale pour l'État d'Israël, et pas seulement dans le cadre des droits de l'homme, mais pour l'existence de notre pays. »

Une façon de voir et de dire qui, aujourd'hui en Israël, ne fait pas de l'intéressée quelqu'un de populaire. Au contraire. Elle est, pour la droite et l'extrême droite au pouvoir, la femme à abattre. Pour ce faire, tout est bon à prendre, y compris les qualificatifs haineux et les fake news, comme on dit maintenant. Cela l'atteint-il ? « Je ne peux pas dire que je m'en fiche, confie-t-elle avec un sourire. Que parfois cela ne m'atteint pas. Simplement, je ne me mesure pas à ce que les gens pensent de moi. Cela n'a que peu d'intérêt à mes yeux. »

« Traîtres »

Elle n'ira pas plus loin. Pas question de s'étaler sur les sentiments que lui inspire la boueuse campagne de calomnies lancée depuis qu'elle dirige le New Israel Fund (NIF), une supra-ONG qui chapeaute un grand nombre d'associations agissant au sein de la société civile israélienne.

Pour les tenants du « grand Israël » et donc de la politique de colonisation, le NIF a un tort impardonnable : celui de soutenir plusieurs associations de droits de l'homme, à commencer par Breaking the Silence (en français « Rompre le silence »), qui collecte des témoignages d'anciens soldats ayant servi en Cisjordanie, et B'Tselem, le « centre israélien (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Tahar Ben Jelloun - Donald Trump et le sac de Jérusalem
EN DIRECT. Jérusalem : Macron "désapprouve" l'annonce de Donald Trump
À Pearl Harbor, les touristes japonais saluent les morts américains
Pearl Harbor : ces cafouillages qui ont changé l'histoire
Recevez la newsletter Le Point.fr

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages