Une femme stérile donne naissance à un enfant issu d’un ovocyte congelé. Une première !

Julie Kern, Rédactrice scientifique

Malgré le cancer du sein qui l’a rendue stérile, une femme française de 34 ans a pu donner naissance à son premier enfant. Elle a suivi un protocole de maturation in vitro de ses ovocytes, suivi d’une vitrification de ces derniers, appelé IVM pour « in vitro maturation ». C’est une première mondiale puisque c’est la première grossesse qui parvient à son terme à la suite de cette technique. Ce cas unique est décrit dans Annals of Onoclogy.

Infographie décrivant la procédure IMV. © M. Grynberg et al., Annals of Oncology

Des ovocytes parfaitement conservés pendant 5 ans

À l’annonce de son carcinome canalaire invasif au sein gauche, la patiente de 29 ans, qui n’avait jamais été enceinte, passe un test de fertilité. Au 16e jour de son cycle, les médecins observent par scanner à ultrason 17 petits follicules de Graaf qui contiennent des ovules encore immatures. La prise d’hormone pour stimuler la maturation des ovules est contre-indiquée dans le cas de cette patiente. Elle choisit alors la technique IVM.

Au jour 22 de son cycle, les médecins prélèvent 7 ovocytes immatures. C’est en laboratoire que ces derniers poursuivront leur évolution, dans un milieu composé du sérum de la patiente ainsi que de l’hormone folliculo-stimulante et de gonadotrophine. Deux jours après le traitement, six des sept ovocytes sont en métaphase II. À ce stade, ils sont matures et n’attendent que la fécondation par les spermatozoïdes pour devenir des ovules diploïdes et former un zygote.

Pour conserver les précieuses cellules, les médecins ont utilisé la méthode de la vitrification. C’est une technique de congélation ultra-rapide où la température diminue de -20 °C toutes les minutes qui permet de moins abîmer les cellules. Les ovocytes vitrifiés sont conservés à -196 °C dans l’azote liquide.

Cinq ans plus tard, la patiente a vaincu son cancer mais souffre de troubles de la procréation depuis un an. L’équipe décide alors de sortir les précieux ovocytes de leur état de dormance. Les six ont survécu...

> Lire la suite sur Futura