Cette femme est mariée à un chirurgien esthétique. Voici à quoi ressemble leur vie

Brittany Wong
1 / 5
Cette femme est mariée à un chirurgien esthétique. Voici à quoi ressemble leur vie

VIE DE COUPLE - Aux yeux de Phillip Craft, chirurgien plastique à Miami, Anna, son épouse et ex-mannequin, est l'une des plus belles femmes du monde. Pourtant, en vieillissant, même les bombes dans son genre n'ont rien contre un petit coup de bistouri, surtout après plusieurs grossesses. Et Anna n'échappe pas à la règle.

"Au début de notre mariage, je ne voulais pas que Phillip intervienne sur mon corps mais, à l'époque, j'avais une vingtaine d'années et je n'avais pas besoin de grand-chose, si ce n'est d'un peu de Botox", confie-t-elle au HuffPost américain.

Elle a changé d'avis en 2005, après la naissance de leurs deux garçons, Aston et Phillip Jr. "J'ai pris 25 kilos à chacune de mes grossesses", explique-t-elle. "J'ai perdu assez facilement mes kilos en trop, mais je n'avais plus la même silhouette et, malheureusement, je le vivais plutôt mal."

La profession de son mari s'est alors avéré bien utile, même si Phillip avoue ne pas s'être laissé facilement convaincre de la faire passer sur sa table d'opération.

Ce couple de quadragénaires détaille pour nous les interventions que Phillip a pratiquées sur Anna ces douze dernières années et nous fait découvrir à quoi ressemble la vie avec un chirurgien esthétique.

Depuis combien de temps êtes-vous mariés?

Phillip: Nous nous sommes mariés en décembre 1997. Ca fait donc un peu plus de 20 ans. Je travaille en tant que chirurgien esthétique depuis l'été 2000.

Anna, qu'avez-vous pensé de la décision de Phillip de se lancer dans la chirurgie esthétique?

Anna: Quand nous nous sommes rencontrés, il était encore étudiant en médecine et ne s'était pas encore choisi de spécialité. À l'époque, son père était chirurgien esthétique à l'hôpital où je travaillais. C'était aussi un excellent chirurgien. Il va sans dire que, quand Phillip a fini par choisir la chirurgie esthétique, ça ne m'a pas étonnée.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post