À 23 ans, elle fait un don de moelle osseuse pour sauver la vie d'un inconnu

·2 min de lecture
La moelle osseuse de la jeune femme s'est révélée compatible avec un patient atteint de leucémie (Photo : Peter Kovalev\TASS via Getty Images)

Deux ans après s'être inscrite comme volontaire pour un don de moelle osseuse, Soline Villard s'est vue proposer l'opportunité de sauver une vie.

Elle espère que son histoire pourra inspirer d'autres personnes à se porter volontaire. Depuis le 13 décembre dernier, la vie de Soline Villard, une jeune femme de 23 ans originaire d'Orléans, a pris un tour inattendu : alors qu'elle se trouvait en vacances, elle a en effet été contactée pour un don de moelle osseuse.

Comme l'explique Ouest France, la jeune femme s'était inscrite sur le registre des volontaires en 2019. "Lors d’un don du sang, j’ai aperçu une affiche qui parlait du don de moelle osseuse. Je ne connaissais pas du tout mais j’ai décidé de me lancer, témoigne-t-elle, citée par le quotidien régional. Tout s’est passé très vite alors que la plupart du temps, cela prend des années (...) en général, on est appelé au bout de huit ou dix ans".

"En quelque sorte, sa vie dépendait de mon don"

Loin des délais habituels, l'Orléanaise a donc été sollicitée deux ans seulement après son inscription, et invitée à réaliser une batterie d'examens médicaux complémentaires, malgré son aversion pour "les piqûres et les aiguilles". Ces derniers n'ont pas tarder à révéler que la moelle osseuse de la jeune femme était compatible avec un patient américain souffrant d'une leucémie.

"Il n’y avait personne qui puisse donner, ni dans sa famille, ni dans son pays. Donc en quelque sorte, sa vie dépendait de mon don", résume Soline. Après plusieurs contretemps, le prélèvement de moelle osseuse a finalement été réalisé dans un hôpital parisien. "J’appréhendais un peu car je ne savais pas dans quel état j’allais être après le don, raconte l'Orléanaise, toujours citée par Ouest France. Finalement, tout s’est bien passé même si c’est une épreuve".

Elle ne veut pas s'arrêter là

Si le don de moelle osseuse ne peut être réalisé qu'une seule fois dans une vie, Soline Villard, qui donne régulièrement son sang, n'a pas l'intention de s'arrêter là. Non seulement la jeune femme espère pouvoir faire d'autres dons salvateurs, mais elle entend aussi sensibiliser le grand public sur ce sujet trop peu médiatisé. "Mes parents ont été transfusés et c’est grâce à un don de sang anonyme qu’ils sont là aujourd’hui, explique-t-elle. J’aimerais que les gens comprennent qu’ils peuvent potentiellement sauver la vie de quelqu’un."

VIDÉO - Kenza Saïb-Couton (DNA) lance un appel aux dons de moelle osseuse et fait une bouleversante révélation sur sa mère

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles