Féminicide : il se présente au commissariat avec le corps de son ex-compagne, poignardée à mort

·2 min de lecture
Une femme brandit les noms de victimes de féminicides, lors d'une manifestation contre les violences faites aux femmes, en novembre 2019 à Marseille (Photo by CLEMENT MAHOUDEAU/AFP via Getty Images)
Une femme brandit les noms de victimes de féminicides, lors d'une manifestation contre les violences faites aux femmes, en novembre 2019 à Marseille (Photo by CLEMENT MAHOUDEAU/AFP via Getty Images)

En arrivant au commissariat, il a avoué avoir tué son ex-compagne. Le corps était dans la voiture.

Mercredi matin, 8h30. Un jeune homme de 26 ans se présente à la brigade de gendarmerie d’Hallencourt, près d’Amiens (Somme). Il affirme transporter un corps dans sa voiture, celui de son ex-compagne qu’il vient de poignarder à mort, relate Le Courrier Picard. Il ne ment pas : sur la banquette arrière, le corps sans vie de Manon, 20 ans. Elle a succombé sous les coups portés par son ancien petit ami.

Un ancien gendarme déjà condamné

Manon est décédée après “une suite de coups de couteau portés dans la région du coeur”, a indiqué la procureure de la République adjointe d’Amiens, Anne-Laure Sandretto. L’homme a admis avoir porté les coups, mais nié l’intention de tuer. Refusant la séparation, il serait resté toute la nuit auprès du corps inanimé de la jeune fille, utilisant son téléphone pour échanger des messages avec ses proches, selon L’Eclaireur de Vimeu. Avant de se rendre, le matin venu, à la gendarmerie la plus proche.

L’enquête ouverte pour “homicide volontaire” a d’ores et déjà permis de cerner la personnalité du meurtrier présumé. Fin 2017, il avait été condamné à 10 mois de prison, dont 8 ferme, pour avoir harcelé téléphoniquement une ex-compagne et incendié la voiture de ses anciens beaux-parents. Engagé dans la Gendarmerie nationale depuis début 2016, il en avait alors été radié.

57 féminicides en sept mois

Trois ans plus tard, sa folie a condamné à mort Manon. Une cagnotte a été ouverte par un proche pour soutenir la famille de la jeune fille, alors que l’homme doit être déféré au parquet d’Amiens ce vendredi, à l’issue de sa garde à vue. De son côté, l’association Féminicides par compagnons ou ex comptabilise 57 féminicides depuis le début de l’année, après le meurtre d’une nouvelle femme à Cannes, jeudi.