"Feindre la nature paisible de l’islam permet à cette religion d'échapper aux critiques"

·2 min de lecture

Pour Ferghane Azihari, délégué général de l’Académie libre des sciences humaines (ALSH) et issu d’une famille de culture musulmane, ceux qui estiment que le système politique français est responsable de la radicalisation à l’origine des attentats et des violences des islamistes sous-estiment le rôle de la religion au nom de laquelle ces attentats sont commis.

En 1905, Max Weber publiait un ouvrage pour expliquer les inégalités économiques entre les protestants et les catholiques de son pays. Selon le sociologue allemand, le protestantisme valorise davantage l’effort et la vie austère. Il encourage ses adeptes au labeur et à l’épargne. C’est pourquoi ils connaissent une accumulation du capital plus rapide. Que l’on adhère ou non à la lecture du protestantisme de Weber, il est difficile de nier son hypothèse : les croyances ont une influence décisive sur l’action humaine.Erreur du matérialismeJusqu’au XIXe siècle, tout le monde admettait cette hypothèse. Ainsi, les penseurs des Lumières subordonnaient la lutte contre l’oppression à celle contre l’obscurantisme. Dans son Essai sur les mœurs, Voltaire note que l’histoire n’a cessé d’être défigurée par les superstitions, « jusqu’à ce qu’enfin la philosophie vienne éclairer les hommes ». Cette conception « subjectiviste » de l’histoire – qui fait des croyances individuelles son moteur – a laissé place à une lecture « matérialiste ». Selon les matérialistes, les idées sont secondaires. Elles n’ont aucune influence et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?