Faux pass sanitaire : quand des repentis tentent de se faire vacciner

·5 min de lecture
Photo d'illustration

Un phénomène dont l'ampleur est difficile à mesurer, mais dont certains médecins se font l'écho.

Ils ont dépensé en moyenne 200 à 300 euros pour obtenir un faux certificat de vaccination, afin d'avoir un pass sanitaire sans se faire vacciner. Un phénomène né mi-juillet, lors de l'annonce de l'extension du pass sanitaire, qu'il reste difficile de quantifier.

À LIRE AUSSI >> Pass sanitaire : après les annonces de Macron, les propositions de faux se multiplient sur les réseaux sociaux

Mais depuis plusieurs jours, des médecins racontent que certains de leurs patients, concernés plus ou moins directement par un faux pass sanitaire, leur demandent d'être réellement vaccinés. C'est notamment le cas d'un médecin généraliste qui exerce dans les Hauts-de-France.

"Ils m'expliquent avoir honte et peur des sanctions"

"J'ai des patients qui viennent me voir et me disent qu'ils regrettent d'avoir acheté un faux pass sanitaire, et me demandent s'il y a une solution. Certains ne sont pas mes patients mais expliquent avoir honte d'aller voir leur médecin traitant. Il y a deux profils : ceux qui veulent vraiment être vaccinés car ils ont pris conscience du danger du Covid, et ceux qui ont peur des sanctions", nous explique ce médecin qui souhaite rester anonyme.

La loi du 5 août 2021 détaille les sanctions en cas d'"utilisation frauduleuse" : 135 euros à la première infraction puis 1500 euros si vous réitérez dans les 15 jours. Au troisième manquement constaté dans les 30 jours, les fraudeurs risquent 6 mois d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende.

"Dans certaines circonstances", le fait de présenter un faux pass sanitaire peut tomber sous le coup de "l'escroquerie par usage de fausse qualité de vacciné". Dans ce cas, la peine encourue est de 5 ans de prison et 375 000 euros d'amende.

Des proches de malades parmi les repentis

Parmi ces repentis, un exemple a frappé le médecin. "Une jeune femme qui allait rentrer dans une école d'aide-soignante m'a expliqué que son conjoint, opposé aux vaccins, lui a interdit de se faire vacciner, et lui a fourni via une connaissance un faux pass sanitaire. Elle a finalement craqué au bout de quelques semaines, par peur de contaminer son entourage, et voulait se faire vacciner".

Même expérience de la part de Lili, une infirmière qui exerce dans le Sud de la France. "On a posé une ECMO (technique d’assistance respiratoire, NDLR) à une dame de 56 ans entrée en réa pour COVID. Sa famille et elle ont tous payé un pass sanitaire 300 euros chacun, et ils sont tous déclarés comme vaccinés sur AMELI. Ils ont visiblement pris conscience des choses en voyant un membre de leur famille au bord de la mort et sont venus pleurer (au sens propre du terme) dans le service en demandant comment ils pouvaient faire pour se faire vacciner d'urgence, sauf qu'ils sont tous déclarés comme officiellement vaccinés. 'Mais vous savez, à Marseille tout le monde paye le pass'", aurait expliqué la famille de la patiente.

Des demandes reçoit aussi le médecin Christian Lehmann. Sur Twitter, il a ouvert ses messages privés aux questions des internautes concernant les vaccins, afin de répondre à ceux qui hésitent à se faire vacciner.

Parmi les très nombreuses questions, certaines concernent le pass sanitaire. "Je commence à recevoir des messages de personnes ayant acheté un pass sanitaire : un de leurs proches tombe gravement malade, et alors ils réalisent qu’ils ne peuvent plus se faire vacciner pour de vrai", écrit le médecin dans son journal de bord de la pandémie, dans Libération.

Des patients dans une impasse

Faux certificat pour la famille ou des amis, faux rendez-vous de vaccination durant lequel le vaccin n'est pas injecté, compte AMELI d'un médecin piraté pour générer de faux QR code ou encore trafic de faux pass sanitaires, les méthodes sont diverses et les exemples ne manquent pas.

À LIRE AUSSI >> Agen : deux employées de l'hôpital délivraient de faux pass vaccinaux à leur famille

Problème, en ayant payé pour obtenir un faux pass sanitaire, ces personnes se retrouvent officiellement enregistrées comme vaccinées sur le site officiel de l'Assurance Maladie. Impossible donc pour elles de se faire vacciner "pour de vrai".

Quelles solutions ?

Pour le médecin Christian Lehmann "leur seule solution, c'est de dénoncer la filière qui leur a fourni un faux pass, pour que les autorités démantèlent la filière. On ne peut se permettre que ces patients aient en réalité déjà reçu deux doses, et en reçoivent une troisième voire une quatrième sans raison", nous explique-t-il par téléphone.

Autre vision du côté du médecin qui exerce dans les Hauts-de-France "Depuis quelques temps, on peut annuler le cycle vaccinal, un dispositif prévu en cas d'erreur de saisie. C'est ce que je fais lorsqu'un patient m'affirme qu'il a un faux pass et demande à être vacciné 'pour de vrai'".

Du côté de l'Assurance Maladie, on explique à Libération être "en train de réfléchir à une solution pour nettoyer les faux QR code de notre base de données, tout en laissant la possibilité à ceux qui le souhaitent de se faire vraiment vacciner".

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles