Le faux médecin arpentait les couloirs du CHU de Bordeaux

Olivier Bernard, correspondant à Bordeaux (Gironde)
Alertée par deux (vrais) médecins, l’individu a été arrêté par la police. A son domicile, les enquêteurs ont découvert de multiples ouvrages médicaux lors de la perquisition de son domicile

Titulaire d’un CAP de restauration, il aura passé six mois en blouse blanche dans les couloirs de l’établissement avant d’être confondu. Sans avoir visiblement été au contact de patients.

Depuis le mois de mai, blouse banche sur le dos, stéthoscope autour du cou et ordonnance à en-tête du CHU vierge à la main, il se faisait passer pour un médecin. A intervalles réguliers, ce Bordelais âgé de 46 ans, célibataire et sans enfant, arpentait les couloirs des différents services. Lorsqu’un membre du personnel lui demandait qui il était, il répondait qu’il effectuait des remplacements dans divers services, avant de s’éclipser. Il s’incrustait même dans les conversations du personnel.

Alerté, le service de sécurité de l’hôpital le traquait en vain depuis plusieurs semaines. Puis mardi 9 octobre, le masque est tombé. Au détour d’un couloir, deux (vrais) médecins le surprennent au téléphone, feindre de commander un hélicoptère pour transporter une patiente dans une autre structure de l’hôpital.

Les termes employés, qui ne sont pas ceux usités habituellement, et le diagnostic étrange qu’il effectue, les intriguent, tout comme l’absence de nom sur sa blouse. Ils alertent alors la sécurité qui prévient la police.

Il aurait agi ainsi pour se forcer à rencontrer des gens

A son domicile d’un quartier huppé de Bordeaux, les enquêteurs ont découvert de multiples ouvrages médicaux lors de la perquisition. Le quadragénaire, titulaire d’un seul CAP de restauration, assure n’avoir jamais été en contact avec des patients, ce que les premiers éléments de l’enquête tendent à confirmer. Le parquet de Bordeaux a ordonné une expertise psychiatrique. Il souffrirait juste d’une forme exacerbée d’inhibition. Et il aurait agi ainsi pour se forcer à rencontrer des gens.

L’exercice illégal de la médecine n’ayant pas pu être caractérisé à ce stade, il sera seulement poursuivi pour vols. Il a été remis en liberté mercredi soir à l’issue de sa garde à vue. Il fera l’objet prochainement d’une composition (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr