Le Fauve d’or d’Angoulême attribué au roman graphique de l’Américain David L. Carlson, «L’Accident de chasse»

·1 min de lecture

45 albums sélectionnés et au final une petite dizaine de livres distingués... Le festival international de la bande dessinée d'Angoulême a décerné vendredi 29 janvier ses prix pour une édition 2021 très particulière. Covid oblige, la cité du sud-ouest de la France a renoncé à accueillir comme chaque année des dizaines de milliers d'amateurs du 9e art. Public et auteurs ont rendez-vous en juin, si les jours s'annoncent meilleurs.

Coup d'essai, coup de maître : c'est un premier roman graphique qui décroche le Fauve d'or du meilleur album. Dans L'Accident de chasse, l'Américain David L. Carlson raconte l'histoire, vraie, d'un gangster aveugle dans le Chicago des années 1940. Magnifié par les expérimentations en noir et blanc de Landis Blair, ce récit est une ode à la littérature et aussi un tour de force, en ce qu'il arrive à représenter la perception d'un non-voyant.

La toute jeune trentenaire Maurane Mazars remporte le prix Révélation, avec son deuxième album, Tanz, issu de son projet de fin d’études. On y suit un jeune danseur allemand à la fin des années 1950 qui part à l’assaut de Broadway.

Le public décerne son Fauve au très beau roman graphique de Léonie Bischoff, Anaïs Nin sur la mer des mensonges. Là aussi c'est un projet audacieux et réussi de biographie d'une autrice et muse, saisie au début des années 1930.

Et puis l'une des BD les plus primées de 2020 repart avec le Fauve des lycéens. Il s'agit de Peau d'homme, une fable sur la transidentité, qui se situe dans l'Italie de la Renaissance.

► À lire aussi : Bande dessinée: «Une précarité sans cesse croissante pour les auteurs»