Faut-il s'inquiéter du ralentissement d'une partie du Gulf Stream ?

Louis San
·1 min de lecture

Allons-nous vers un scénario digne du Jour d'après ? Dans ce film d'anticipation sorti en 2004, la circulation méridienne de retournement atlantique (Amoc), souvent appelée "Gulf Stream" de façon abusive, est à l'arrêt : l'Europe et l'Amérique du Nord vivent donc un nouvel âge de glace. Or, une étude scientifique parue dans la revue Nature Geoscience (PDF, en anglais) montre que ce courant a atteint son niveau le plus faible depuis un millénaire.

Stable jusqu'au XIXe siècle, la circulation méridienne de retournement atlantique "a connu un déclin rapide à partir des années 1960", écrivent les auteurs de l'étude dans Nature Geoscience. En cause : le réchauffement climatique. Ce dernier accélère la fonte de la calotte glaciaire du Groenland et cette eau douce, qui s'écoule dans l'océan Atlantique, perturbe le fonctionnement de l'Amoc, qui forme une boucle.

C'est ainsi que les eaux du golfe du Mexique migrent vers le nord. Ces eaux chaudes sont très salées car soumises à un fort phénomène d'évaporation. Elles voyagent en surface et se refroidissent en gagnant le nord. A cause de leur forte teneur en sel, elles sont plus lourdes que les eaux nordiques et plongent dans les profondeurs pour regagner le sud, raison pour laquelle ce processus est qualifié de "tapis roulant" océanique. Le problème, c'est que l'eau douce issue de la fonte de la calotte glaciaire réduit la salinité des eaux originaires du golfe du Mexique, déstabilisant ce mécanisme.

Des hivers plus rigoureux en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi