Faut-il revoir le scénario de la formation de la Lune ?

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

La Lune se serait formée suite à la collision de la Terre avec un corps de la taille de Mars, nommé Théia. C’est l’hypothèse la plus communément admise par les astronomes. Mais la découverte de chercheurs de la Nasa pourrait bien remettre en cause ce scénario. Alors qu’ils fouillaient les cratères de notre satellite naturel en quête de glace cachée, ils ont trouvé des quantités de métaux inattendues.

Avec pour objectif de localiser de la glace, les astronomes mesuraient la constante diélectrique — soit la capacité relative d’un matériau à transmettre des champs électriques — du sol de cratères lunaires de l’hémisphère nord à l’aide d’un instrument de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) — le Miniature Radio Frequency (Mini-RF). Et c’est alors qu’ils ont fait une découverte surprenante. Pour des cratères de deux à cinq kilomètres de diamètre, la constante diélectrique augmente régulièrement avec la taille du cratère. En revanche, pour des cratères dont le diamètre est compris entre cinq et 20 kilomètres, la constante ne varie pas.

Dans le sous-sol de la Lune, des oxydes de fer et du titane en quantité

Quel lien avec la quantité de métal dans le sous-sol de la Lune ? Comme les météores qui forment les plus grands cratères sont ceux qui creusent la surface le plus en profondeur, les astronomes ont imaginé que ces valeurs de constante diélectrique élevées pourraient signer la présence, dans le sous-sol, d’oxydes de fer et de titane en quantité. Ainsi, seules les premières centaines de mètres sous la surface seraient pauvres en métaux.

Une hypothèse que les chercheurs ont pu confirmer grâce à la caméra grand-angle de la sonde LRO, la mission japonaise Kaguya et la mission Lunar Prospector. Les plus grands cratères sont plus riches en métaux. Ce qui suggère qu’à des profondeurs comprises entre 0,5 et deux kilomètres, on trouve, sur la Lune, plus d’oxydes de fer et de titane qu’à des profondeurs de 0,2 à 0,5 kilomètre.

Après plus de dix années à explorer la Lune, la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura