"Il faut les retirer des mains des talibans" : L’appel à l’aide des sportives afghanes

·2 min de lecture

Plusieurs sportives afghanes lancent des appels à l’aide internationale, craignant des représailles de la part des talibans qui ont pris le contrôle du pays.

A l’époque où les talibans étaient au pouvoir en Afghanistan, entre 1996 et 2001, les femmes ne possédaient pas de droits. Interdites d’aller à l’école, de travailler, obligée à porter la burka, contraintes à ne sortir qu'en présence d’un homme mais également privée de toute activité sportive, elles n'avaient pour option que de vivre recluses et cachées. Après avoir récupéré les rênes du pays ces derniers jours suite au départ des troupes américaines, les talibans ont cette fois-ci promis que les habitantes pourraient notamment travailler ou étudier dans le respect de la charia. Pas de quoi rassurer les femmes sur place, dont l’image en quelques jours a déjà commencé à s’effacer dans le pays. Parmi elles, certaines ont lancé des appels à l’aide internationale. Journalistes, réalisatrices, artistes mais aussi sportives craignent de subir des représailles.

Menacées de ne plus pouvoir pratiquer leur discipline, plusieurs footballeuses ont déjà supprimé leurs réseaux sociaux et ont commencé à se cacher, suivant les conseils de leur ancienne capitaine dans l’équipe nationale, Khalida Popal, aujourd’hui habitant au Danemark. «Avec le retour au pouvoir des ennemis des droits de l'Homme, leur vie est en danger. Elles se demandent ce qui va leur arriver», a-t-elle confié à «So Foot».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour les protéger, le compte officiel de l’équipe a été supprimé. Le but est de ne plus montrer leurs visages, comme(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles