« Il faut une majorité européenne à l’Assemblée pour Emmanuel Macron »

© AFP

La France fait face à une situation paradoxale inédite. Si nos partenaires européens se réjouissent des résultats de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne et ne sont nullement effrayés du résultat des élections législatives et de l’absence de majorité absolue, ils sont en revanche inquiets d’une incapacité française à s’entendre qui pourrait avoir des conséquences majeures sur le bon fonctionnement de l’Europe alors que l’impact de la guerre sur l’économie européenne devrait s’aggraver rapidement et que la zone euro est à nouveau sous pression.

Le bilan de la présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) est considéré comme bon par l’ensemble de nos partenaires. Avec des avancées décisives en matière de régulation des géants numériques, de création d’une taxe carbone aux frontières ou encore de mise en place d’un salaire minimum. Mais aussi pour la gestion de la guerre en Ukraine et de ses conséquences pour les Européens. Dans les deux cas et sous l’impulsion du président de la République, la France a su faire preuve d’un savoir-faire et d’une capacité remarquables à bâtir des ponts, former des coalitions, nouer des alliances, mobiliser des parlementaires, des syndicalistes et plus largement des leaders d’opinion.  Ceci n’avait rien d’évident et était considéré par beaucoup comme improbable voire impossible. A quelques jours de la fin de la PFUE, ce travail est aujourd’hui salué par l’ensemble des parties prenantes : États membres, parle...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles