Faut-il interdire la corrida? Macron estime que ce n'est "pas la priorité du moment"

Le président Emmanuel Macron, dans la cour de l'Elysée, le 9 mars 2022 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le président Emmanuel Macron, dans la cour de l'Elysée, le 9 mars 2022 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

À la veille d'un débat à l'Assemblée, à l'initiative de LFI, Emmanuel Macron estime que la question de la corrida en France était "un vrai sujet" mais qu'il n'était pas "la priorité du moment". En marge d'une visite au salon de l'Association des maires, le président de la République a affirmé qu'il n'y aurait "pas d'interdiction demain" et prôné plutôt "une conciliation, un échange".

Le sujet déchaîne les passions depuis la proposition de loi qui réclame son interdiction totale, déposée par le député La France insoumise Aymeric Caron.

"La condition animale pas toujours suffisamment écoutée"

"La condition animale n'est pas toujours suffisamment écoutée", a reconnu Emmanuel Macron. "C'est un vrai sujet. Quand on parle de chasse, de corrida, le sujet de la considération animale, il faut l'aborder. C'est ce qui permet aussi d'être collectivement intelligents. De la même manière, il faut regarder ce qui est dans notre culture."

Le chef de l'État a ainsi appelé à "prendre en compte les spécificités et coutumes locales auxquelles sont légitimement attachés nos compatriotes". "Dès qu'on est dans l'invective, ça ne marche pas", a-t-il estimé.

Ces dernières semaines, les défenseurs de la cause animale et ceux plutôt favorables au maintien de la tradition s'affrontent à coups de tribunes dans la presse et autres manifestations. La proposition de loi, qui fait l'objet d'un dépôt de plus de 500 amendements, a cependant peu de chance d'être approuvée, et ce malgré qu'elle soit majoritairement soutenue par l'opinion publique.

Article original publié sur BFMTV.com