Faut-il (vraiment) retirer les dents de sagesse ?

·2 min de lecture

Ceux qui n'ont plus leur troisième molaire, en moyenne, une amélioration de 3 à 10 % de leur capacité gustative.

Une nouvelle étude rapporte que les patients dont les dents de sagesse ont été extraites ont affiché de meilleures capacités gustatives. Ces conclusions ont été publiées dans la revue Chemical Senses. "Des études antérieures n'ont mis en évidence que des effets indésirables sur le goût après extraction et on pense généralement que ces effets se dissipent avec le temps", a déclaré l'auteur principal Richard L. Doty, directeur du Smell and Taste Center de l'Université de Pennsylvanie. 

Avant d’ajouter : "Cette nouvelle étude nous montre que la fonction gustative peut en fait s'améliorer légèrement entre le moment où les patients subissent une intervention chirurgicale et jusqu'à 20 ans plus tard. C'est une découverte surprenante mais fascinante qui mérite une enquête plus approfondie pour mieux comprendre pourquoi elle est améliorée et ce que cela peut signifier cliniquement".

Les chercheurs ont évalué les données de 1 255 patients qui avaient subi une évaluation chimiosensorielle au cours des 20 dernières années. Parmi ce groupe, 891 patients avaient reçu des extractions de troisième molaire et 364 ne l'avaient pas fait. Tous les participants ont réalisé un test d'"identification de la bouche entière" composé de cinq concentrations différentes (saccharose, chlorure de sodium, d'acide citrique et caféine). Chaque solution est bue, brulée dans la bouche, puis recrachée. Les sujets indiquent ensuite si la solution a un goût sucré, salé, acide ou amer.

VIDÉO - Les aliments bons pour les dents

Quel mécanisme ?

Le groupe d'extraction a surpassé le groupe témoin pour chacun des quatre goûts, et dans tous les cas, les femmes ont surpassé les hommes. Pour la première fois, cette étude suggère que les personnes dont la troisième molaire a été enlevée connaissent, en moyenne, une amélioration de 3 à 10 % de leur capacité gustative.

"L'étude suggère fortement que l'extraction de la troisième molaire a un effet positif à long terme sur la fonction des voies gustatives linguales de certaines personnes", a expliqué un chercheur. Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs avancent une première hypothèse. Les dommages causés aux nerfs qui innervent les papilles gustatives à l'avant de la bouche peuvent impacter ceux qui alimentent les papilles gustatives à l'arrière de la bouche, augmentant ainsi la sensibilité globale de la bouche. Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les mécanismes impliqués.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles