Faut-il garder son âme d’enfant pour être un bon auteur jeunesse ?

Faut-il avoir gardé son âme d’un enfant pour être un bon auteur jeunesse ? Réponse de Marie Sellier

La littérature jeunesse, c’est un livre publié sur quatre, 18 000 nouveautés cette année et « presque autant de styles qu’il existe d’auteurs » souligne l’écrivaine Marie Sellier, elle-même à l’origine d’une centaine d’ouvrages pour les plus jeunes et les adolescents. « Quand je commence à écrire une histoire, raconte-t-elle, il y a toujours une petite part d’enfant en moi donc je sais parfaitement comment m’adresser à eux… mais pas seulement ». « Je pense que nos livres peuvent s’adresser également à ceux qui les accompagnent, il y a toujours un sous-texte et c’est ça qui fait la richesse de la littérature jeunesse », analyse cette amoureuse des mots et grande défenseuse des écrivains.

« Quand j’ai commencé à écrire, je savais que je voulais prendre les enfants par la main, leur dire les choses », affirme Marie Sellier.

Cette année avec « Willy » (Ed. Thierry Magnier), Marie Sellier signe une histoire d’amitié sur fond de conflit contemporain. C’est l’aventure d’un jeune homme qui rêve de vivre à Paris et qui quitte le Sénégal clandestinement au péril de sa vie.
« Une histoire qui s’est complètement imposée à moi » déclare-t-elle, « je suis partie d’un fait divers que j’avais lu dans le journal et qui m’a habité pendant plusieurs semaines : un jeune garçon qui s’était embarqué dans le train d’atterrissage arrière d’un avion, une histoire de rêves brisés qui finit de manière tragique et que je ne voulais pas que l’on oublie ».

Ecrire dans la langue des ados

Ecrire pour marquer les jeunes lecteurs, c’est aussi la volonté de Vincent Mondiot qui signe « Les derniers des branleurs » (Ed. Actes Sud jeunesse). Un titre choc qu’il assume totalement car « la littérature a le droit de parler comme elle veut ». « Moi, je m’adresse à des ados » continue l’auteur «& (...) Lire la suite sur Public Sénat

Législatives : après une semaine à couteaux tirés entre Macron et Mélenchon, les enjeux du second tour

Législatives : le nombre de députés macronistes est-il sous-estimé dans les sondages ?

« C’est une canicule politique » : dans la dernière ligne droite des législatives, la Nupes fait feu de tout bois

Législatives : les sondages publiés avant le second tour ont-ils toujours vu juste ?

« L’intérim est un cancer qui gangrène l’hôpital », déplore Frédéric Valletoux, président de la Fédération Hospitalière

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles