«Il faut en finir avec le cliché des féministes bourgeoises»

Libération.fr

Dans son «Dictionnaire des féministes», l’historienne Christine Bard rassemble pour la première fois toutes les militantes, du XVIIIe siècle à aujourd’hui.

Suzanne Voilquin ? Saint-simonienne, militante pour l’autoémancipation des femmes. Marie-Anne Camax-Zoegger ? Peintre, fondatrice du groupe des Femmes artistes modernes dans l’entre-deux-guerres. Danielle Charest ? Québécoise, lesbienne radicale, morte en 2011. C’est l’un des buts du Dictionnaire des féministes, France XVIIIe-XXIe siècles (PUF) : mettre en lumière des militantes souvent invisibilisées. L’historienne Christine Bard, professeure à l’université d’Angers, explique l’importance de porter la mémoire des féminismes.

Avec ce Dictionnaire des féministes, vous dites avoir comblé une lacune. Pourquoi ?

Il n’existait pas, en France, de dictionnaire consacré à l’histoire des féministes et des féminismes. Il est d’ailleurs révélateur que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pays où le féminisme est puissant et structuré, aient depuis longtemps leur ouvrage de référence [des livres parus dans les années 70 et 80, ndlr]. La France a été davantage attentive au mouvement ouvrier (minorant souvent, d’ailleurs, le rôle que les femmes y ont joué) : le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, le «Maitron», est ainsi une référence internationalement reconnue.

Comment la mémoire du féminisme s’est-elle structurée ?

Il a fallu attendre Michelle Perrot pour que son histoire soit étudiée et reconnue. Elle est née, comme l’a rappelé l’historienne, à la demande d’étudiantes qui, dans le sillage de Mai 68, se rendaient compte qu’on ne leur parlait que d’hommes en cours. Le premier grand colloque d’études féministes s’est tenu à Toulouse en 1982, marquant le début de l’institutionnalisation de ces recherches. Notre dictionnaire veut porter cette mémoire. Il rejoint en cela une des dimensions des luttes féministes actuelles qui se battent pour que des rues portent des noms de femmes ou pour que des femmes entrent au (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Revenu universel : les libéraux aussi doivent se réformer
Alaska : un laboratoire grandeur nature
A quoi tu joues ?
La résonance des années 30
Pour une déradicalisation économique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages