"Il faut encore tenir un peu" : à Toulouse, les soignants optimistes mais prudents sur la décrue de l'épidémie de Covid-19

Stéphane Iglésis
·1 min de lecture

"Nous aussi on aimerait bien faire les courses de Noël, voir la famille, passer du temps avec nos grands-parents et nos cousins, mais il faut encore tenir un peu", explique Vincent Bounes, directeur du Samu en Haute-Garonne. Dans le département comme de manière générale en France, le confinement et le couvre-feu ont cassé l’envolée de l’épidémie de Covid-19.

"Même si les indicateurs restent à des niveaux élevés, leur observation suggère que le pic épidémique de la seconde vague a été franchi", a souligné Santé publique France lors son point épidémiologique hebdomadaire vendredi 20 novembre. Durant la semaine du 9 au 15 novembre, tous les indicateurs sont effectivement à la baisse, mais ce n’est pas une raison pour relâcher l’effort, notamment à l’approche des fêtes de fin d’année.

"Ce qui est important, vraiment, c'est de continuer à se protéger, continuer à protéger ceux qu'on aime."

Vincent Bounes, directeur du Samu 31

à franceinfo

"Il y a beaucoup de signes d'espoir : d'une part, c'est une maladie qu'on connait bien, d'autre part on a eu des prises en charge adaptées, on a sauvé des vies, par centaines, ça c'est clair, poursuit Vincent Bounes, au CHU de Toulouse. On a les vaccins qui vont arriver, on a des moyens de maîtrise de la maladie, avec un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi