Faut-il de la discrimination positive dans les grandes écoles ? "Il n'y a rien de plus humiliant que d'être appelée 'quota'", selon Élisabeth Moreno

franceinfo
·1 min de lecture

"Je crois que notre fonction publique doit ressembler à notre pays", a estimé, samedi 20 février sur franceinfo Élisabeth Moreno. La ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, réagissait au manque de diversité dans les écoles de la haute fonction publique et à la création de la "prépas talents", un projet initié par Emmanuel Macron et qui doit permettre d'ouvrir l'accès de cinq prestigieuses écoles de l'administration, dont l'ENA, à des jeunes d'origines modestes. "Je me réjouis que nous commencions à faire cela", a-t-elle répondu à la question de savoir si c'était suffisant.

"On ne peut pas se contenter, dans un pays comme le nôtre, de voir des jeunes brillants qui réussissent leurs études et dont un sur cinq vous disent 'je ne pourrai pas poursuivre mes études parce que mes parents n'ont pas les moyens de m'accompagner'", s'est indignée Élisabeth Moreno. "Il y a des gens talentueux dans les zones rurales, sur les territoires ultramarins, dans les quartiers défavorisés, et c'est essentiel de leur donner la possibilité de travailler dans les fonctions publiques parce que, quand on connaît bien certains sujets, on les traite encore mieux."

"Juste donner un coup de pouce"

Élisabeth Moreno rejette en revanche l'idée de mettre en place des quotas pour favoriser la diversité dans les grandes écoles : "Vous connaissez un peu mon profil et mon parcours, beaucoup de personnes me disent 'est-ce que vous avez (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi