"Il faut bien gagner de l'argent" : ces coiffeurs et esthéticiens qui bravent le confinement

·1 min de lecture

Depuis 10 jours, l’appartement de Caroline ressemble à un salon de beauté. Esthéticienne, elle ne peut plus travailler au sein d’instituts, fermés pour cause de coronavirus. Elle a donc décidé de chercher des clients sur les réseaux sociaux, bien que les soins à domicile soient eux aussi interdits. Une décision injuste selon les professionnels du secteur de la beauté, qui défendent leur respect des protocoles sanitaires.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 15 novembre

"Je suis limitée à deux clientes par jour"

"Je fais comme si j’étais en institut, en prenant toutes les précautions nécessaires. Je me suis limitée à deux clientes par jour pour être le plus en sécurité possible", explique Caroline, qui nettoie scrupuleusement son deux-pièces entre chaque rendez-vous. Coiffeuse à Marseille, Fanny, elle, se rend au domicile de quelques clientes fidèles, d’accord pour la payer en liquide.

"C’est un choix que j’ai fait, que je n’avais pas fait au premier confinement. Je suis un peu hors la loi mais là, je n’ai pas de salaire. Il faut bien gagner un peu d’argent."

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Covid : où se contamine-t-on le plus ? Les enseignements d'une étude américaine

> Vaccin contre le Covid : quels sont les obstacles qu'il reste à franchir ?

> Covid : faut-il s'inquiéter si les maux de tête persistent après la guérison ?

> Quand est-on cas contact ? Et autres questions que l'on se pose tous les jours

> Coronavirus : les 5 erreurs à ne pas ...


Lire la suite sur Europe1