Faut-il avoir peur de la nouvelle souche grippale identifiée en Chine ?

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique

« La prochaine pandémie causée par un virus de grippe porcine ? » S'il ne fait aucun doute qu'il y aura de nouvelles pandémies dans le futur, le titre du HuffPost donne la couleur : une prochaine pandémie pourrait être causée par un virus de grippe porcine récemment identifié. Cela ravive les souvenirs de la pandémie de grippe H1N1 en 2009. Mais un tel titre est-il justifié ? Que savons-nous au juste de cette nouvelle souche virale baptisée G4 qui provient de H1N1 et faut-il en avoir peur ? 

Qu'est-ce qu'un « potentiel pandémique » ?

La BBC titre : « Un virus de la grippe avec un potentiel pandémique a été trouvé en Chine ». Dans un thread, le docteur Angela Rasmussen, virologue à l'université de Columbia explique que « lorsque nous pensons à ce dont les virus ont besoin en général pour devenir des agents pathogènes humains, et avoir un "potentiel pandémique", nous devons réfléchir à ce que les virus doivent faire. Elle énumère : premièrement, ils doivent entrer dans les cellules. Ensuite, ils doivent se répliquer. Puis, créer encore plus de virus. Aussi, ils doivent avoir la capacité de se transmettre facilement d'hôte en hôte. Et enfin et surtout, ils doivent provoquer une maladie. » Alors, que dit l'étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences concernant ce virus ?

Pour qu'un virus soit à l'origine d'une pandémie, il doit causer une maladie. © nitikornfotolia, Fotolia

Que dit l'étude sur le potentiel pandémique ?

Ce virus peut-il entrer dans les cellules ? Nicolas Malausse, doctorat à l'Institut Pasteur nous explique que « ce nouveau virus présente une diversité génétique forte avec une combinaison de segments génomiques provenant de virus circulant facilement chez le porc. Il est supposé par les auteurs que cette combinaison facilite l'adaptation et la circulation chez le porc avec une augmentation du nombre d'échantillons positifs détectés au cours du temps. Effectivement, la capacité à se lier aux acides sialiques – les récepteurs du virus...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura