"Il faut arrêter de raconter des histoires": échange tendu entre Marine Le Pen et un adolescent à Alençon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen lors d'un vif échange avec un adolescent à Alençon le 28 octobre 2021 - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Marine Le Pen lors d'un vif échange avec un adolescent à Alençon le 28 octobre 2021 - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

876450610001_6279174496001

La séquence aura le mérite de rappeler que Marine Le Pen se veut "la présidente de l'ordre", comme elle l'a expliqué à plusieurs reprises. La candidate du RN était en déplacement à Alençon ce jeudi pour soutenir les forces de l'ordre, visés par des tirs de mortiers la nuit dernière. Au cours de ce déplacement, elle a eu une vive discussion en fin de matinée avec un jeune habitant de la préfecture de l'Orne.

Un échange qui tourne court

"Vous parlez que de ça en fait, il y a des trucs positifs aussi", a fait valoir un adolescent croisé lors de cette visite, dans un échange tendu capté par BFMTV. "Moi, quand le matin je me réveille, il n'y a pas que des tirs de mortier. D'un côté, après il y a les policiers qui font des bavures policières, après on n'en parle pas de ça".

"Est-ce que vous avez entendu les délinquants qui disent: 'C'est parce que les policiers rentrent dans la cité que nous nous défendons'?", lui alors demandé la député du Pas-de-Calais.

"C'est peut-être pas à cause de ça les mortiers, mais les bavures policières, on ne parle pas de ça", a répliqué le jeune homme.

Ce à quoi Marine Le Pen n'a pas manqué de lancer: "Et les bavures de pompiers, c'est quoi alors? Parce que, pourquoi on attaque aussi les pompiers? Il faut arrêter de raconter des histoires".

"Ne pas mettre tout le monde dans le même panier"

L'habitant est revenu, quelques minutes plus tard, sur cet échange pour BFMTV.

"Moi, le matin quand je me réveille, je vois pas des tirs de mortier mais tout le monde qui s'entraide. Après, je suis d'accord, je vois aussi des tirs de mortier mais c'est des trucs de méchants. Elle dit aussi la vérité mais (...) il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier", a estimé le lycéen. 876450610001_6279177716001

"Échec total du gouvernement"

Quelques minutes avant ce dialogue qui a tourné court, Marine Le Pen s'était exprimée pour dénoncer "un ensauvagement" qui est selon elle "en train de toucher l'ensemble de la ruralité". Ce déplacement a aussi été l'occasion d'attaquer l'exécutif sur son bilan sécuritaire.

"C'est surtout un échec absolument total du gouvernement, un échec de toutes les politiques qui ont été mises en oeuvre, la politique de la Ville, la politique d'immigration, la politique pénale, la politique carcérale... Il est donc très urgent de passer un coup de vis pour que cesse cette insécurité permanente dans notre pays", a encore fustigé l'élue.

"Pas ce genre de phénomènes" à l'étranger

Enfin, la parlementaire n'a pas manqué de revenir sur sa visite de ces derniers jours à Budapest, où elle a été reçue par Viktor Orban avec des honneurs dignes d'une véritable chef d'Etat.

"Je viens de l'étranger, je peux vous dire qu'à l'étranger, ce genre de phénomène ne se déroule pas, ça c'est une certitude", a-t-elle encore assuré.

En vue de la prochaine présidentielle d'avril 2022, Marine Le Pen est créditée de 19% des intentions de vote dans le dernier sondage Elabe/BFMTV/L'Express réalisé en partenariat avec SFR.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles