Faut-il apporter une personnalité juridique à la nature pour la protéger ?