« Il faut abréger les souffrances » : Françoise Hardy défend l’euthanasie

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Françoise Hardy explique être « dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps... »
Françoise Hardy explique être « dans un état de souffrance vraiment cauchemardesque la plupart du temps... »

C'est un appel à l'aide. Un véritable cri du c?ur. Françoise Hardy, l'interprète de « Mon amie la rose », « Le Temps de l'amour » ou encore « Message personnel », se confie à RTL, ce mardi 30 mars 2021. La chanteuse de 77 ans, malade depuis plusieurs années, notamment d'un cancer du larynx, évoque ouvertement son désir d'avoir recours à l'euthanasie face à une souffrance qu'elle décrit comme « vraiment cauchemardesque la plupart du temps ».

C'est un sujet qui lui tient à c?ur depuis de nombreuses années. En 2008, dans son autobiographie, Le Désespoir des singes et autres bagatelles, elle évoquait déjà comment sa mère avait eu recours à l'euthanasie. À l'époque, interrogée par Le Parisien, elle se présentait comme une « partisane de l'euthanasie depuis très longtemps ». Treize ans plus tard, sa position n'a pas changé. « À partir d'un certain moment où il y a beaucoup trop de souffrance et où il n'y a aucun espoir, il faut abréger les souffrances. C'est la moindre des choses. C'est humain. Ma mère a eu la maladie de Charcot qui est absolument insupportable. Ma mère a pu, avec ma complicité, se faire euthanasier. De savoir que son médecin pourrait l'aider et faire en sorte qu'elle soit euthanasiée quand elle ne voudrait plus continuer à vivre cette horrible maladie. Ça a été un confort extraordinaire. Il faut que la France en fasse autant. Il faut faire cette loi. »

Une « légère dépression », selon Thomas Dutronc

Mais c'est désormais aussi pour elle-même que Fr [...] Lire la suite