Faure défend Hidalgo sur le doublement des salaires des profs

·4 min de lecture

Face au coût de la mesure dénoncé par les détracteurs de la maire de Paris, le Premier secrétaire du Parti socialiste, lui, craint surtout le coût de "l'ignorance" et de la lâcheté politique.

POLITIQUE - “C’est le serment originel des socialistes: ne jamais se satisfaire du monde tel qu’il va.” Ce dimanche 19 septembre, à l’occasion de son discours de clôture du 79e congrès du Parti socialiste, qui se tenait à Villeurbanne, le Premier secrétaire Olivier Faure est venu à la rescousse d’Anne Hidalgo, qu’il espère voir incarner son camp lors de la prochaine présidentielle. 

Ces derniers jours, la maire de Paris s’est effectivement retrouvée sous le feu des critiques après sa proposition de doubler le salaire des enseignants si elle est élue à la tête du pays en 2022. Une proposition qu’elle n’a pas encore chiffrée et dont beaucoup de contradicteurs lui ont rétorqué qu’elle était fantaisiste, irréalisable. 

“Si l’éducation coûte cher, essayez donc l’ignorance !”

Eh bien Olivier Faure, lui, veut croire à ces perspectives. “Je n’en peux plus de ces débats confisqués, de cette interdiction de penser”, a-t-il lancé à l’égard des opposants à la maire de Paris (qu’il n’a jamais citée nommément). Et de revenir sur l’affaire: “Il y a quelques jours, une candidate à l’élection présidentielle a eu l’audace de proposer que les enseignants français rattrapent les salaires de leurs homologues européens. Et aussitôt, que s’est-il passé ?”, a-t-il interrogé la foule des militants socialistes. “Les apôtres de l’orthodoxie budgétaire se sont mis à aboyer: que faites-vous de la dette madame ?” 

Et Olivier Faure de répondre à ces considérations financières et matérielles: “Moi je vais vous dire : si l’éducation coûte cher, essayez donc l’ignorance !” Le député de Seine-et-Marne a ainsi cité “tous ces enfants” qui gagneraient à être mieux accompagnés durant leur parcours scolaire: “Ceux qui décrochent, qui basculent dans la pauvreté, qui sollicitent nos systèmes sociaux, ceux qui sombrent dans la délinquance, ceux qui ne déploieront pas tous les talents et nous priverons de la richesse de leur créativité parce que nous n’aurons pas su la libérer... Elle est là la dette financière et morale, celle que supporterons nos enfants !”

Quant à la question du financement d’une telle mesure, s’il n’a pas donné de solutions concrètes, le Premier secrétaire du PS semble en tout cas avoir un ennemi dans le collimateur. “C’est vrai qu’il n’y a pas d’argent magique, mais il y a des rois de l’évasion, et ce n’est pas à eux de fixer les règles du jeu”, a-t-il ciblé. “Je n’en peux plus de ce monde qui tourne à l’envers, où les Gafam fixent eux-mêmes les plafonds de ce qu’ils consentent à payer.” 

Conférence salariale et lutte pour la justice sociale

Car sur les inégalités, le dirigeant socialiste avait à cœur de montrer que son parti est toujours concerné au premier chef. Notamment en annonçant une initiative nouvelle. “Nous convoquerons une conférence salariale qui aura pour objet de rééquilibrer échelle des salaires et hiérarchie sociale”, a-t-il ébauché, précisant que cette proposition figure dans le projet du parti. “Il est possible d’augmenter les salaires des cinq millions de Français les plus modestement rémunérés, tout en refusant que les 10% des plus aisés continuent de progresser trois fois plus vite que ceux des moins aisés.” 

Un thème de la justice sociale qui est plusieurs fois revenu tout au long du discours d’Olivier Faure, notamment au moment d’évoquer la question écologiste (et ce en un dimanche qui est marqué par le premier tour de la primaire écologiste justement). “Pourquoi ne décrète-t-on pas la mobilisation générale contre le réchauffement climatique à l’instar des moyens mobilisés contre le covid-19”, a-t-il demandé, ajoutant vouloir refuser “le statu quo” sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes ou encore “la pauvreté d’un million d’enfants” en France.

“Notre devoir est de reconstruire le grand parti de l’espérance et de la justice”, a encore ajouté Olivier Faure, promettant que le PS a “appris de ses erreurs” et qu’il saura s’appuyer sur des élus et responsables compétents et soudés derrière une candidature unique qui sera choisie le 14 octobre prochain. “Une maison commune où convergent les causes, les engagements, les talents, un cœur battant de la gauche ancrée dans toutes les classes sociales, toutes les générations et tous les territoires.” 

À voir également sur le HuffPost: Insoumis et socialistes peuvent-ils s’entendre? On a demandé aux militants PS

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

LIRE AUSSI :

Le coup de canif de Montebourg dans le pacte de non-agression avec Hidalgo

Taubira douche les espoirs de ceux qui l'imaginent candidate pour la gauche

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles