"Il faudrait que j'en tue pas mal pour être élue" : la drôle de campagne des candidats en fin de liste pour les européennes

Robin Prudent
"Place d'honneur" ou "lanterne rouge" ? Dix-sept candidats non éligibles se livrent sur leur état d'esprit, à moins de deux semaines du vote.

"Je vais avoir besoin de beaucoup de meetings à Lourdes pour devenir eurodéputé !" Sur le ton de la boutade, Christian Benedetti résume bien la situation des candidats placés en bas des listes pour les élections européennes. Pour sa première campagne avec La France insoumise, l'acteur et metteur en scène a été bombardé à la 76e place... sur les 79 noms que doit compter chaque liste. Autant dire qu'il faudrait un miracle pour le voir siéger au Parlement européen. Comme lui, 17 candidats officiels, mais non éligibles, nous ont raconté leur drôle de campagne.

"Moi je me dis encore que la liste peut faire 85%", lance en riant Mathilde Tessier, 68e de la liste Europe Ecologie - Les Verts. Et elle n'est pas la seule à imaginer par quels moyens improbables ils pourraient se retrouver à Strasbourg à la rentrée... "Vu ma position, on a créé quelques slogans avec des amis : 'Objectif 100%' ou 'Si je gagne, tout le monde gagne'", sourit Julian Augé, 74e de la liste La France insoumise.

Si jamais je suis élu, ça veut dire qu'on aura fait un score stalinien... et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose pour la démocratie.

Julian Augé, 74e sur la liste La France insoumise aux européennes

à franceinfo

D'autres ont même en tête quelques scénarios (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi