"Il faudra une suite": Olivier Besancenot voit les grèves du 19 janvier "comme une étape"

Olivier Besancenot, figure du Nouveau parti anticapitaliste, le 11 janvier 2023 sur BFMTV. - BFMTV
Olivier Besancenot, figure du Nouveau parti anticapitaliste, le 11 janvier 2023 sur BFMTV. - BFMTV

La mobilisation syndicale contre la réforme des retraites sera-t-elle un succès ce jeudi 19 janvier? "Ça sera réussi", assure Olivier Besancenot. Invité sur le plateau de BFMTV à la veille de ce mouvement social d'ampleur, l'ancien candidat de la Ligue communiste révolutionnaire à la présidentielle et porte-parole du NPA voit la journée de jeudi "comme une étape."

Plus de 200 manifestations sont organisées partout en France à l'appel des organisations syndicales et des centaines de milliers de personnes devraient se mobiliser contre le projet du gouvernement, qui contient notamment le report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

"Ce qui compte, c'est le nombre, c'est la mobilisation la plus massive possible", assure Olivier Besancenot. Mais l'ancien candidat d'extrême-gauche prévient: "Il faudra une suite."

"Chacun peut agir"

"On ne peut pas s'en remettre systématiquement sur les autres. Une 'grève par procuration' comme en 1995 ne marchera pas", prévient Olivier Besancenot, qui rappelle que "Chacun peut agir" par la grève et les manifestations, mais aussi symboliquement en montrant son soutien au mouvement.

Le 19 janvier "est une étape pour prendre confiance, et je pense qu'elle sera réussie", assure l'ancien candidat à la présidentielle. "Le problème c'est la suite! Samedi, il y a une manifestation des organisations de jeunesse, donc le problème c'est celui d'une stratégie à mettre en place", poursuit Olivier Besancenot.

"On ne peut pas se payer le luxe d'être dispersé, ni dans le temps ni dans l'espace", lance-t-il sur le plateau de BFMTV.

"Il faut agir vite, nombreux et nombreuses, pour être efficace et montrer la force du monde! Quand et comment? Ce n'est pas à moi de le dire, je n'ai pas de religion en la matière", conclut l'ancien candidat à la présidentielle.

Il y a quelques jours sur BFMTV, Olivier Besancenot avait proposé la mise en place de "deux à trois journées de grève" de suite. Pour l'instant, les organisations syndicales n'ont appelé qu'à une importante journée de mobilisation nationale ce jeudi 19 janvier.

Dans certains secteurs, en particulier l'énergie, des préavis de grève sont déjà déposés pour le 6 février, date du début de l'examen du texte dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Article original publié sur BFMTV.com