"Il faudra des semaines pour réparer": après les innondations, l'heure du bilan en Belgique

·4 min de lecture

"L'eau se retire, les dégâts restent", constate amer Olivier Saelen, en vidant sa maison dévastée par les inondations historiques à Angleur, dans l'est de la Belgique, tandis que le reflux des eaux permettait samedi de mesurer l'étendue de la catastrophe.

Après les violentes précipitations des derniers jours, le soleil s'est levé sur une ville dévastée. Les rues rouvrent progressivement à la circulation et les habitants qui avaient fui les intempéries regagnent leurs domiciles.

Dans la rue principale, des dépanneuses évacuent de la chaussée des voitures cabossées, balayées par les eaux. Sur certains trottoirs, des trous béants sont encadrés de barrières blanches et oranges.

"Chez moi, tout est fichu. L'eau est montée en 15 minutes mais il faudra des semaines pour tout réparer", explique encore Olivier Saelen, en montrant du doigt le sol boueux de son salon qu'il a entièrement vidé.

Cet homme de 44 ans s'estime pourtant "chanceux" : "des gens sont morts, alors perdre mes meubles, c'est vraiment la moindre peine".

Dans cette commune proche de Liège, bordée par l'Ourthe, affluent de la Meuse, deux personnes ont été découvertes mortes à leur domicile vendredi et la police frappait encore aux portes samedi à la recherche d'éventuelles victimes.

Le dernier bilan, samedi à la mi-journée, faisait état d'au moins 24 morts dans l'ensemble du pays.

"Depuis hier, on entend des sirènes et des hélicoptères. Comme si on avait besoin de ça après la pandémie", soupire Angela Celliere, 60 ans, tout en raclant l'eau qui stagne encore dans son entrée.

- Odeur de mazout -

Les rues alentour sont tapissées de boue et jonchées des meubles gorgés d'eau dont les habitants se débarrassent petit à petit.

Une odeur d'essence flotte dans l'air : des cuves à mazout se sont déversées dans les caves inondées puis dans les rues au moment du reflux.

A l'entrée de la bibliothèque municipale, Aurélie Nisot, animatrice, jette sur le bitume des dizaines de livres gonflés d'eau. "On n'avait jamais vu ça. Un peu d'eau dans les caves, oui, mais là c'est inédit", assure-t-elle.

Seule une épicerie épargnée par la montée des eaux était ouverte samedi matin, le gros des commerçants constatant, atterrés, l'ampleur des dégâts.

"Je ne sais pas quand je pourrai rouvrir ma boutique, il faut tout remplacer", raconte John Theunis, gérant du salon de coiffure Studio 87, où l'eau est montée jeudi à plus d'un mètre.

Son salon à l'ambiance "vintage" ne sera "plus jamais le même" : "J'avais des strapontins venant d'un cinéma de Liège des années 1950 et un siège de l'exposition universelle de 1958 (à Bruxelles)… Quel gâchis", déplore le jeune homme de 33 ans.

- Reprise de la circulation -

A quelques centaines de mètres, les instituteurs de l'école maternelle sont tout aussi affligés.

Pour circuler dans les couloirs, il faut slalomer entre les débris et les pupitres renversés. Dans les classes, les murs rose et vert sont tachés de terre, les étagères sont renversées et les jouets éparpillés.

"Il y a tellement de travail. J'espère qu'on pourra ouvrir à la rentrée", lance Sophie Djokalaj, institutrice de petite section, venue aider à nettoyer les lieux avec sa fille et son mari. Elle a du mal a retenir ses larmes.

Des milliers de personnes restaient samedi privées d'eau potable, de gaz, d'électricité ou de réseau téléphonique. Le trafic ferroviaire devrait rester perturbé de longues semaines dans les zones les plus touchées au sud et à l'est du pays.

La Croix-Rouge de Belgique a ouvert un numéro de compte pour venir en aide aux personnes touchées. Une journée de deuil national est prévue mardi 20 juillet.

Le Premier ministre Alexander De Croo s'est rendu samedi dans plusieurs zones sinistrées, dont les communes de Rochefort (Sud) et Pepinster (Est) en compagnie de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"J'ai eu le cœur serré en rencontrant des gens qui ont perdu leur maison, les économies d'une vie", a-t-elle déclaré sur Twitter, en promettant l'aide de l'Europe.

ld/aro/slb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles