Fatigue, essoufflement, dépression : les séquelles des malades graves, autre bilan du Covid-19

·1 min de lecture

Depuis mars 2020, 367.000 personnes ont été hospitalisées après avoir contracté le Covid-19 en France. Des études suggèrent qu'une part importante de ces malades graves souffrent de fatigue, de douleurs ou encore de dépression plusieurs mois après leur guérison.

Il n'est pas encore vraiment sorti du tunnel. A la mi-mars 2020, Richard est hospitalisé après avoir contracté le Covid-19. Jusque-là "tout à fait en bonne santé", cet homme de 42 ans se retrouve suspendu entre la vie et la mort : il passe une cinquantaine de jours en réanimation, intubé et sous coma artificiel. A son réveil, une autre épreuve commence. "La rééducation m'a pris plusieurs mois. J'ai dû reconstituer ma masse musculaire, réapprendre à me tenir debout et à marcher". Sur ce chemin de croix, Richard peut au moins se satisfaire de ses progrès rapides, "au point d'impressionner les équipes qui [le] suivaient". "Mais après cette première phase, je me suis installé sur une sorte de plateau. Ma récupération a subi une cassure, qui peut peser sur le moral". Et un an après, des traces de la maladie s'éternisent. "J'ai des douleurs persistantes, je me fatigue plus vite. Je dois encore m'obliger à dormir plus qu'auparavant, et à réduire mes journées de travail". Comme Richard, de nombreux patients souffrent de séquelles du Covid-19. Des études mettent en évidence une fatigue, une dépression ou encore un essoufflement persistants chez d'anciens malades, plusieurs mois après leur sortie de la phase aiguë. A...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid-19 : "L'exécutif ne prend plus de mesures liées à l’épidémie, mais à la situation politique"

Afrique : le Covid-19 moins dangereux ? Pas pour les dirigeants

Covid-19 : la France suspend l'utilisation du vaccin AstraZeneca

"Quand on est emmerdé par une affaire..." : le théorème de Pasqua, version Covid-19

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"