Dans les fast-foods, la vaisselle jetable, c’est fini

ENVIRONNEMENT - Plus de burgers dans des cartons. Au 1er janvier 2023, les enseignes de restauration rapide devront mettre fin aux emballages jetables et servir les repas dans de la vaisselle réutilisable en plastique, en vertu de la loi anti-gaspillage et à l’économie circulaire adoptée en 2020. Toutes les enseignes devront s’y plier.

Sont-elles prêtes ? Comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article, cette mesure est déjà en test dans plusieurs chaînes. Le déploiement de la vaisselle réutilisable est difficile à mettre en œuvre car les enseignes n’ont pas « construit leur modèle sur le contenant réutilisable, comme la restauration traditionnelle », explique Moira Tourneur, responsable du plaidoyer à Zéro Waste France. Le défi est de taille pour les fast-foods, qui génèrent 180 000 tonnes de déchets chaque année avec les 6 milliards de repas servis. Pour de grandes chaînes comme McDonald’s, Quick, KFC ou Domino’s Pizza, qui utilisent à profusion les emballages jetables, il s’agit de changer de modèle.

Une réorganisation est nécessaire

« Tout ce qui était en carton est maintenant en plastique réutilisable. Il a fallu revoir les procédures en cuisine, séparer les commandes sur place de celles à emporter, prévoir des espaces de stockage… », détaille Maria Varela, directrice du McDonald’s de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Des travaux de rénovation de l’établissement ont été l’occasion d’adapter la cuisine, exiguë, à cette nouvelle obligation.

La filière européenne des emballages (EPPA) estime sans surprise que la vaisselle réutilisable a « au final un bilan environnemental plus mauvais que celui des emballages en papier ». Elle « doit être lavée et séchée », à grand renfort « d’énergie, d’eau et de détergents », a souligné son président Éric Le Lay. Si elle reste une alternative pour moins gaspiller, la vaisselle plastique est attendue au tournant.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi