Fashion Week: vrai cuir ou simili sur les podiums

Anne-Laure MONDESERT
1 / 4
Défilé Hermès, le 6 mars 2017 à Paris

Paris (AFP) - Hermès a lancé d'audacieuses randonneuses à l'assaut des podiums lundi lors de la Fashion Week parisienne où l'univers de l'équitation, dans l'ADN de la maison de luxe française, a aussi inspiré Stella McCartney, mais dans une version faux cuir.

La journée s'est conclue sur une touche plus sportive avec le défilé de Rihanna, qui a présenté une nouvelle collection pour Puma dans l'enceinte de la Bibliothèque nationale, transformée pour l'occasion en université américaine.

Dans la collection automne-hiver conçue par Nadège Vanhee-Cybulski, la directrice artistique d'Hermès, les femmes sont chaussées de bottes de marche à lacets, et coiffées de bonnets.

Place à "la libération des couleurs", avec une palette riche aux tons inhabituels, avec des imprimés à motifs cachemire psychédéliques, des patchworks de peaux de mouton mauve et anémone, un pull torsadé vert olive associé à un col roulé framboise et un blouson à fourrure bleue.

"Je voulais donner une nouvelle définition à la maison Hermès (...) changer la perception des gens qui la voient comme guindée ou sérieuse", a expliqué la créatrice, qui a notamment utilisé des imprimés de gants issus des archives datant des années 1960-70.

- le tailoring McCartney -

L'univers de l'équitation, étroitement lié à l'identité d'Hermès, était à l'honneur plus tôt dans la journée du défilé de Stella McCartney, mais avec une approche radicalement différente.

Végétarienne, engagée au service de la cause animale, Stella McCartney, qui a fondé sa maison en 2001, n'utilise aucun cuir ni fourrure dans ses créations. Les chaussures et les sacs sont réalisés dans un matériau alliant polyester et de polyuréthane, dont le revêtement est à base d'huile végétale.

La créatrice est d'ailleurs citée en exemple par l'organisation Peta, dont quelques militantes en sous-vêtements ont protesté lundi devant la Tour Eiffel contre l'utilisation de peaux animales dans les défilés parisiens.

La créatrice, fille de Paul McCartney, a repris un motif d'une peinture du 18e siècle du peintre anglais George Stubbs représentant "un cheval effrayé par un lion", sur un pull, une robe, un ensemble veste-pantalon. L'univers de l'équitation transparaît aussi dans une série de tailleurs à petits carreaux.

Une série de modèles mettent aussi en valeur la poitrine, avec des armatures coniques rappelant le corset cher à Jean Paul Gaultier, dans une version plus sobre toutefois que celui de Madonna.

Le cuir était très présent chez Alexander McQueen, en manteaux, vestes et robes à grosses coutures apparentes, dans une collection mêlant influences gothiques chic et folkloriques.

- Rihanna à la fac -

Dans la soirée, la chanteuse Rihanna a dissipé la très studieuse Bibliothèque nationale en faisant défiler ses mannequins sur les tables pour la nouvelle collection de sa marque Fenty pour Puma.

Les tenues sportswear et flashy de ces étudiants et étudiantes, plus rap que fac, combinent cuissardes lacées, maillots de sport, micro-shorts, et pantalons de jogging.

Une insolente jette à la volée des pages des Essais de Montaigne. Une autre, en pull torsadé XXL, tient plus sagement ses livres contre elle.

Casquettes, skate et sacs à dos en forme de nounours complètent le look.

Chez Léonard Paris, maison française connue pour ses robes en soie à imprimés fleuris, la directrice artistique Christine Phung est allée chercher l'inspiration dans des carrières de marbre de Carrare en Italie.

Dans cette collection aux couleurs vibrantes, les imprimés inspirés par le marbre font progressivement place à des rayures, en passant par des patchworks, pour finir par une série d'imprimés végétaux et fleuris.

Pour sa deuxième collection pour la marque, la créatrice propose une série de grandes robes plissées, d'ensembles chemise-pantalon soyeux, mais aussi un manteau en alpaga, des blazers et des blousons sportifs.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages