Des fans de Jul attaqués lors de son concert à l’AccorHotels Arena

PARIS - Le concert parisien du rappeur marseillais Jul a été émaillé de plusieurs incidents ce mercredi 13 novembre à l’AccorHotels Arena.

Sur les réseaux sociaux, des spectateurs ont notamment filmé de violentes scènes de bagarres au sein de la fosse. Les personnes qui portaient des signes distinctifs de l’Olympique de Marseille (maillots, t-shirts...) étaient visées par un groupe constitué de 100 à 150 jeunes, habillés en noir et dont beaucoup étaient encagoulés, qui a semé la pagaille et la panique pendant un long moment.

Tout a commencé devant l’AccorHotels Arena quand ce groupe a réussi à forcer une des entrées, non sans avoir déployé au préalable, au-dessus de celle-ci, une banderole où il était inscrit “Marseille Not Welcome” (“Marseille pas les bienvenus”).

Environ 300 personnes qui avaient payé leur billet et qui attendaient encore d’entrer dans l’enceinte ont vu les portes se refermer. Elles n’ont pas pu assister au concert et se sont même fait gazer par la police venue pour disperser ces gens, selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par CheckNews.

Une fois l’entrée forcée, le groupe de jeunes s’est élancé vers la fosse, se faisant remarquer avec des fumigènes allumés. 

“Un fumigène a été lancé environ un quart d’heure après (l’entrée du groupe dans la salle, voir la vidéo ci-dessous), il est retombé au milieu de la fosse, a témoigné une spectatrice auprès de LCI. On a voulu partir vers 22h, mais la sécurité avait bloqué toutes les entrées, car des personnes tentaient de s’introduire dans la salle.”

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

Des bagarres ont alors éclaté dans la fosse, certaines personnes portant des signes distinctifs de l’OM se faisant passer à tabac par des membres du groupe fauteur de troubles. Pendant ce temps-là, le concert continuait sur scène.

Aucune interpellation

Selon LCI, aucune interpellation policière n’a eu lieu durant la soirée. L’ordre a fini par être rétabli tant bien que mal.

Contacté par CheckNews, le service de presse de la salle de concert a confirmé que “l’AccorHotels Arena s’est retrouvé mercredi soir face à une conjonction de facteurs compliqués: des billets falsifiés; un certain nombre de détenteurs de billets arrivés alcoolisés; surtout un groupe de pseudo-supporters ultra du PSG venus pour en découdre avec les spectateurs fans de l’artiste marseillais”.

Selon franceinfo, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour “dégradations en réunion”, “violences aggravées” et “participation à un groupement formé vue de commettre ces infractions”.

Sur ce dernier point, le Collectif Ultra Paris (CUP), le seul groupe ultra officiellement reconnu par la direction du PSG, a tenu à “démentir toute implication” de ses membres via un communiqué.

“J’ai vu les images. Je connaissais des gars présents sur place pour le concert et c’est sûr que ça ne vient pas de chez nous. Nous, on n’était pas là, on était au Bataclan”, a par ailleurs déclaré auprès du Parisien Romain Mabille, le président du CUP, alerté par les rumeurs et vidéos sur les réseaux sociaux dans la soirée.

Une partie des membres du CUP se trouvaient au même moment place de la République et devant le Bataclan pour rendre un hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI:

La rappeuse M.I.A chante en soutien à Julian Assange à Londres

Madonna répond à un fan qui l'attaque en justice à cause du retard à ses concerts

This article originally appeared on HuffPost.