Famines: le chef des Nations unies avertit d'un risque de "millions" de morts

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Une famille en train de faire la manche à Tegucigalpa au Honduras en mai 2020, avec un panneau
Une famille en train de faire la manche à Tegucigalpa au Honduras en mai 2020, avec un panneau

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a averti jeudi le Conseil de sécurité qu'à défaut d'une "action immédiate", "des millions de personnes" risquent "la famine et la mort" dans le monde.

"Les chocs climatiques et la pandémie de Covid-19 alimentent" le risque encouru, a-t-il souligné lors d'une réunion du Conseil sur le lien entre la faim et la sécurité, organisée par les Etats-Unis, en précisant que dans une trentaine de pays, "plus de 30 millions de gens sont proches d'être déclarés en situation de famine".

Un risque accentué par la pandémie

"Mon message est simple: si vous ne nourrissez pas les gens, vous alimentez les conflits", a-t-il martelé, en dénonçant la responsabilité de l'homme dans la création des famines.

"La famine et la faim ne sont plus une question de manque de nourriture. Elles sont maintenant en grande partie fabriquées par l'homme - et j'utilise le terme délibérément", a-t-il précisé. Selon lui, "au 21e siècle, il n'y a pas lieu d'avoir des famines".

Le chef de l'ONU a rappelé qu'"à la fin de 2020, plus de 88 millions de personnes souffraient de faim aiguë en raison des conflits et de l'instabilité - une augmentation de 20% en un an".

Un appel à "la mobilisation urgente" lancé

"Les projections pour 2021 indiquent une poursuite de cette tendance effrayante", a-t-il mis en garde, en indiquant qu'elles "montrent que les crises de la faim s'intensifient et se propagent dans le Sahel et la Corne de l'Afrique, et s'accélèrent au Soudan du Sud, au Yémen et en Afghanistan".

"Pour éviter une catastrophe à quelque 34 millions de femmes, d'hommes, de filles et de garçons", l'ONU et ses agences ont lancé un appel à "une mobilisation urgente" visant à fournir "5,5 milliards de dollars de ressources supplémentaires", a aussi dit Antonio Guterres.

Il a enfin annoncé la création à l'ONU, à New York, d'une "équipe spéciale de haut niveau sur la prévention de la famine", à laquelle contribueront des représentants du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Article original publié sur BFMTV.com