La famille royale de Jordanie se déchire : la reine Noor soutient son fils accusé de tentative de putsch

·1 min de lecture

Une "fourbe calomnie." C'est ainsi que la reine Noor qualifie l'accusation de tentative de putsch qui cible son fils, le prince Hamzah de Jordanie. La dernière épouse du défunt roi Hussein s'est saisie de son compte Twitter pour prendre la défense de sa progéniture. "Prions pour que la vérité et la justice prévalent pour toutes les innocentes victimes de cette fourbe calomnie. Que Dieu les bénisse et les gardent en sécurité", a-t-elle récemment écrit. Explications. Père de onze enfants avec ses quatre épouses, dont l'intéressée, le roi Hussein rêvait de voir Hamzah lui succéder sur le trône. Mais lorsque le souverain décède, le 7 février 1999, le jeune homme n'est âgé que de 18 ans.

Son demi-frère, Abdallah II, prend donc la relève en promettant à Hamzah de le nommer prince héritier. La promesse est respectée pendant cinq ans mais, en 2004, le mari de Rania de Jordanie décide finalement de nommer son propre fils aîné, Hussein, prince héritier. Dix-sept ans plus tard, le fils de la reine Noor se voit accusé d'avoir formenté un "complot complexe" et de "grande envergure", d'après The Washington Post et la BBC, à l'encontre du souverain : ce samedi 3 avril, les forces armées du royaume sont intervenues pour l'empêcher de déstabiliser (et renverser) sa gouvernance.

Dans une vidéo transmise à la BBC, cependant, le prince Hamzah plaide sa bonne foi, niant être à l'origine d'un tel complot et accusant les dirigeants du pays de corruption, d'incompétence et de harcèlement. Il a aussi (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Dîners clandestins entre ministres : un canular de Pierre-Jean Chalençon qui va lui coûter cher
VIDEO - "La nouvelle chanson qui arrive" : Martin Blachier discrédite "les enfermistes"
Après un « COVID carabiné », Arnaud Montebourg n’a « pas la forme du siècle »
Ségolène Royal : le dernier coup de griffe de Dominique Besnehard
William Leymergie dit enfin ce qu’il pense de Laurent Bignolas, son successeur à Télématin