La famille royale d'Abu Dhabi privatise deux hôtels de Haute-Savoie pour l'été

·1 min de lecture
Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, le prince héritier d'Abou Dhabi, le 12 janvier 2019 à Abou Dhabi. - ANDREW CABALLERO-REYNOLDS © 2019 AFP
Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, le prince héritier d'Abou Dhabi, le 12 janvier 2019 à Abou Dhabi. - ANDREW CABALLERO-REYNOLDS © 2019 AFP

Cet été les touristes en vacances en Haute-Savoie ne pourront ni s'installer au Novotel d'Annemasse ni à l'hôtel Mercure situé dans la commune voisine de Gaillard. Toutes les chambres sont réservées, et ce jusqu'au 1er septembre.

À l'origine de cette privatisation, le prince d'Abu Dhabi. Avec sa famille, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane passera des vacances à Vétraz-Monthoux non loin d'Annemasse, dans une grande propriété qu'il possède, rapportent les médias locaux.

Les deux hôtels privatisés accueilleront tout le personnel au service de la famille royale, raconte Le Messager. Et selon le journal, il est possible qu'un troisième hôtel soit prochainement réservé.

"C'est quand même choquant"

"Qu'un État puisse décider de privatiser deux hôtels dans une agglomération au moment où commence une saison touristique, c'est quand même choquant", estime le maire d'Annemasse, Christian Dupessey, auprès de RTL. "C'est le principe même, comme on a de l'argent, on peut se permettre d'occuper de l'espace qui normalement est ouvert à tout public."

"En deux mois, les touristes seront privés des deux plus beaux hôtels d'Annemasse", regrette l'édile. "Ils sont privatisés au profit d'Abou Dhabi, ce qui n'est pas très démocratique."

Le prince d'Abu Dhabi avait déjà fait parler de sa propriété en 2018 lorsqu'il avait déposé une demande pour y faire construire un héliport afin de faciliter ses trajets entre sa villa et l'aéroport de Genève.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles