Famille musulmane tuée : le tireur portait un t-shirt avec des croix gammées et riait

·2 min de lecture

Le jeune homme accusé d'avoir délibérément fauché et tué quatre membres d'une famille musulmane, dimanche au Canada, a brièvement comparu devant un juge jeudi alors que de premiers éléments sur sa personnalité et son arrestation commencent à émerger.

Le jeune homme accusé d'avoir délibérément fauché et tué quatre membres d'une famille musulmane, dimanche au Canada, a brièvement comparu devant un juge jeudi alors que de premiers éléments sur sa personnalité et son arrestation commencent à émerger. Nathaniel Veltman, 20 ans, a comparu pendant quelques minutes par visioconférence depuis sa prison lors d'une audience de procédure. Vêtu d'un t-shirt orange, portant un masque, cheveux courts, il a simplement décliné son identité et répondu à quelques questions sur sa défense. Une nouvelle audience est prévue lundi.

Le jeune homme, qui n'a pas de casier judiciaire ni affiliation connue avec une organisation extrémiste, a été inculpé en début de semaine de quatre chefs de meurtres avec préméditation et d'une tentative de meurtre. S'il est reconnu coupable, il encourt la réclusion à perpétuité. La police n'a pas exclu de porter d'autres accusations de nature "terroriste" contre le suspect suite à ce drame qui a choqué le Canada. Le Premier ministre Justin Trudeau et plusieurs responsables de la communauté musulmane ont dénoncé une "attaque terroriste".

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a indiqué jeudi sur CBC que "la police mène l'enquête en considérant qu'il s'agit d'un acte terroriste". Dimanche soir à London, à 200 km au sud-ouest de Toronto, Veltman avait délibérément foncé sur la famille Afzaal avec son pick-up, un acte "prémédité et planifié, motivé par la haine", selon la police. Cinq membres de cette famille avaient été fauchés alors qu'ils attendaient de traverser à un carrefour. Quatre d'entre eux ont été tués -- un couple, leur fille et sa grand-mère -- et un enfant de 9 ans, grièvement blessé, a survécu. L'auteur des faits avait été arrêté sept(...)


Lire la suite sur Paris Match