Une famille massacrée lors d’une fête dans le Colorado : le suspect vexé de ne pas avoir été invité

·2 min de lecture

L’homme qui est soupçonné d’avoir tué six membres d’une même famille lors d’une fête d’anniversaire dans le Colorado aurait été vexé de ne pas avoir été invité par sa petite amie.

Dimanche, six membres d’une famille ont été abattus lors d’une fête d’anniversaire. Le tireur s’est présenté armé sur les lieux, a tué les victimes avant de retourner son arme contre lui. La police a donné mercredi un début d’explication à cette tragédie survenue dans le Colorado. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’homme aurait été vexé de ne pas avoir été invité à la fête de famille, par sa petite amie dont il partageait la vie depuis un an. KTTV explique que Teodoro Macias essayait depuis des mois de contrôler sa compagne, l’empêchant de voir sa famille ou de faire des choses seule de son côté. En colère de ne pas avoir été convié, il s’est donc rendu sur place et a «ouvert le feu, tirant sur les six victimes de façon rapide, de manière méthodique, directe et délibérée et s’est ensuite suicidé».

Trois adolescents, qui étaient brièvement allés chez un voisin sont revenus sur place et ont découvert les corps sans vie peu de temps après. Ils ont tenté d’apporter les premiers soins aux victimes avant l’arrivée des secours. Trois jeunes enfants se trouvaient également sur place mais n’ont pas été touchés. Teodoro Macias aurait eu, la semaine précédant le drame, une dispute avec la famille. Il n’était pas connu de la police.

"Des gens adorables"

Freddy Marquez, qui a participé à la soirée mais est parti vers 22 heures avec sa femme et leurs quatre enfants a raconté que tout se passait bien avant leur départ. «C’était entre la famille, donc ça allait parfaitement», a-t-il dit. C’est en se réveillant le lendemain matin que sa femme et lui ont découvert la tragédie. L’homme a expliqué que son épouse avait perdu sa mère et deux frères dans la fusillade, ainsi que trois autres membres de la famille éloignée. Il a(...)


Lire la suite sur Paris Match