Famille massacrée aux Etats-Unis : le suspect de 17 ans n’aurait pas supporté d’être réprimandé

·2 min de lecture

Le jeune homme soupçonné d’avoir tué cinq membres d’une même famille aux Etats-Unis n’aurait pas supporté d’être réprimandé par ses parents pour avoir quitté la maison sans permission.

Un bain de sang pour une simple réprimande ? Le jeune homme arrêté pour le massacre de sa famille dans l’Indiana en début de semaine, n’aurait, selon son frère blessé dans l’attaque, pas supporté de se faire gronder par ses parents. Ses derniers lui auraient reproché d’avoir quitté le domicile sans en avoir eu la permission. L’adolescent de 17 ans a tué ses parents Kezzie et Raymond Childs, âgés de 42 ans et leurs enfants Elijah, 18 ans, Rita, 13 ans. Il a également abattu Kiara Hawkins, 19 ans, enceinte d’Elijah. Elle a succombé à ses blessures et l’enfant à naître n’a pas survécu, rapporte la chaîne WXIN.

Les faits se sont déroulés vers 4 heures du matin. Le «Indy Star» explique que la police a été appelée après qu’un jeune garçon a été découvert blessé dans la rue. Au moment où la victime était transportée dans un état grave à l’hôpital, les enquêteurs ont trouvé d’autres personnes touchées par balles, toutes mortes, dans une maison non loin de là. C’est ce garçon qui a expliqué aux enquêteurs que son grand frère avait tiré sur sa famille, indiquant qu’il était en colère après avoir été réprimandé. Le garçon a indiqué avoir entendu les premiers coups de feu et sa sœur hurler. «Il leur a tiré dessus», avant d’entendre de nouveaux bruits de tirs. Il a ensuite vu son frère descendre «dans les escaliers avec un pistolet» et il «a recommencé à tirer», selon le rapport. L’adolescent a alors couru dehors pour essayer de lui échapper mais son frère l’a suivi. Lorsqu’il a été découvert par la police, le jeune frère était blessé mais en état de dire à quel endroit se trouvait sa maison.

Le suspect arrêté lundi

Le suspect a été arrêté lundi. «Hier, nous avons promis une justice rapide pour cet acte odieux. Aujourd'hui, nous(...)


Lire la suite sur Paris Match