Comme dans "La Famille Bélier" sur France 2, la surdité est un handicap parfois moqué et souvent incompris

Marine Le Breton
"La Famille Bélier" sur France 2, l'occasion de rappeler que la surdité est un handicap parfois moqué, souvent incompris

SANTÉ - Quand il est sorti en décembre 2014, "La Famille Bélier" a été ovationné par la critique et par le grand public. Mais chez les personnes sourdes, qui sont au cœur même de l'histoire puisque dans cette famille, tout le monde l'est sauf Paula (interprétée par Louane), il n'a pas fait la même unanimité.

Certains ont été déçus de ne pas pouvoir comprendre tout le film qui n'était pas entièrement sous-titrés, quand d'autres ont souligné que la langue des signes était parfois un peu trop approximative voire pas respectée.

Mais ce film, diffusé ce dimanche 30 avril sur France 2, aura au moins permis aux personnes entendantes de comprendre un peu mieux le monde des sourds.

"Ce film permet de démocratiser la langue des signes et de faire comprendre aux personnes entendantes qu'un ou deux signes peuvent suffirent à établir une relation avec un sourd", explique à Franceinfo Christian Perrin, membre de l'Association pour la promotion de la langue des signes. Il permet aussi, selon lui, de "montrer que les sourds ne sont pas des handicapés".

En effet, bien souvent, les personnes sourdes comme celles qui sont malentendantes sont très mal comprises. "Je te l'ai déjà dit trois fois!", "Mais t'as pas entendu ce que je t'ai dit?" Ces phrases, Françoise, 56 ans, ne compte plus les fois où elle les a entendues. Comme beaucoup de personnes malentendantes, elle se sent parfois moquée, souvent incomprise. Il faut dire que, contrairement à d'autres handicaps, les troubles auditifs ne se voient pas, ils sont de fait moins reconnus par l'entourage des personnes concernées.

Pourtant, en France, le nombre de malentendants est estimé à 5 ou 6 millions, parmi lesquels jusqu'à 400.000 sourds profonds.

Françoise a commencé à perdre des décibels quand elle avait 20 ans. Elle n'est pas sourde profonde, ni de naissance, mais malentendante. Sa surdité est considérée comme "moyenne", c'est-à-dire dont la perte de décibels est comprise entre 40 et 70. En-dessous de 40, on parle de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages