La famille Bélier (C8) : les acteurs ont-ils vraiment appris la langue des signes ? (VIDEO)

C’est en regardant l’édition 2013 de The Voice que le réalisateur Eric Lartigau trouve celle qui va incarner Paula, sa jeune héroïne, dans son film La famille Bélier. Demie-finaliste du télé-crochet de TF1, Louane Emera bouleverse le public en rendant hommage à son père, décédé peu de temps avant, en reprenant Imagine de John Lennon. Il n’en fallait pas plus. Pour le rôle des parents, la production opte pour le duo Karin Viard et François Damiens, qui jouaient déjà mari et femme dans Rien à déclarer de Dany Boon en 2011.

⋙ La Famille Bélier : découvrez les secrets de ce film phénomène

Tout ce beau monde se met alors au travail et se lance dans l’apprentissage du langage des signes, Karin Viard et Louane à Paris, François Damiens chez lui, en Belgique. Pour tous, ce sera près de 6 mois de préparation intensive, à raison de quatre heures par jour. Sur le tournage, l’accent est mis sur l’authenticité, Eric Lartigau vérifiant systématiquement auprès d’Alexeï Coïca, le professeur de Karin Viard et Louane, que tous les signes sont effectués correctement. Le réalisateur va même plus loin, en engageant aussi des comédiens véritablement sourds. Parmi eux, le jeune Lucas Gelberg, qui interprète le petit frère de Louane dans le film.

⋙ Louane Emera : de The Voice aux César, un parcours incroyable (VIDEO)

La suite, on la connaît : près de 8 millions de spectateurs se prennent d’affection pour cette famille. Un succès qui mènera le film jusqu’aux César avec pas moins de six nominations pour un

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Est-il possible de suspendre temporairement son pass Navigo annuel ?
Benjamin Biolay et son ex Chiara Mastroianni : leur duo émouvant pour le premier jour du déconfinement
Iris Mittenaere : cette sublime bague que son compagnon lui a offert (PHOTO)
Les 12 coups de midi : Jean-Luc Reichmann filme les coulisses adaptées aux mesures sanitaires
Quotidien : Juan Arbelaez ne veut pas envisager le plexiglas dans les restaurants, "des lieux de vie"